Euro-2021 de volley: finir le travail du 1er tour en économisant les organismes

Tallinn (AFP) –

Publicité

Après avoir remporté leurs trois premiers matches du 1er tour de l'Euro-2021, les volleyeurs français veulent assurer la première place du groupe mercredi (19h00) contre la Lettonie et jeudi (19h00) contre l'Estonie, tout en préservant des organismes mis à rude épreuve.

Lundi soir, contre une équipe d'Allemagne quelque peu remodelée et rajeunie, les champions olympiques français ont montré des signes de fatigue physique, multipliant les erreurs en réception face à la puissance allemande de Linus Weber et Moritz Karlitzek, et également au service, chose plus inhabituelle.

Une usure physique compréhensible, alors que les Bleus vont disputer mercredi et jeudi leur 29e et 30e match en compétition officielle en l'espace d'un peu plus de trois mois.

Pour espérer tenir jusqu'au 34e match de cet interminable été, le 19 septembre prochain - ce qui signifierait qu'ils ont rallié le dernier carré de l'Euro comme en 2019 à domicile (4e place) - ils peuvent compter sur le programme concocté par le nouveau préparateur physique, Laurent Lecina.

Après deux compétitions majeures (la Ligue des nations en juin et les Jeux olympiques en juillet/août), il a été "très agréablement surpris sur la qualité d'exécution des exercices, l'intensité qui était stable", souligne-t-il, avec un travail de dix jours pleins à Belfort avec les champions olympiques (dix des douze héros de Tokyo sont présent à Tallinn) fin août pour préparer l'Euro.

Dès le premier jour à Belfort, pour ses débuts dans le staff tricolore, il a échangé avec les joueurs un à un pour se présenter et individualiser les séances dès le début.

L'Allemand Ruben Schott fait face au "mur" français constitué de Jean Patry, Barthélémy Chinenyeze et Trevor Clevenot le 6 septembre 2021 à Tallinn en Estonie.
L'Allemand Ruben Schott fait face au "mur" français constitué de Jean Patry, Barthélémy Chinenyeze et Trevor Clevenot le 6 septembre 2021 à Tallinn en Estonie. RAIGO PAJULA AFP

- "Compliqué pour certains" -

Habitués à disputer match sur match chaque été en sélection, les volleyeurs français font toutefois face à un inédit triptyque cette année. "C'est comme enchaîner le Giro, le Tour de France et la Vuelta. Ils ont gagné le Tour et maintenant il faut aller gagner la Vuelta", répète le nouveau sélectionneur Bernardinho, en grand fan de vélo.

Le préparateur physique des Bleus mise sur une montée progressive en puissance au cours du premier tour, très abordable pour l'équipe de France, et tenter d'arriver à un nouveau pic de forme pour le week-end final de l'Euro-2021, à Katowice en Pologne.

"On a eu une journée de pause entre le premier et le deuxième match, où on a remis un coup de sollicitation. C'est pour ça qu'ils étaient un peu dans le dur contre l'Allemagne", précise Laurent Lecina.

Et il prévient: "il est aussi prévu une grosse séance ce mardi, pour avoir quatre jours pour compenser et être bien pour les matches qui vont être plus intenses et décisifs. Ça risque d'être plus compliqué pour certains sur les deux prochains jours, mais on voit plus loin et on espère ce pic de forme."

Face à la Lettonie puis l'Estonie, entraînée par l'ancien adjoint de Laurent Tillie Cédric Enard, la marge des Bleus devrait leur permettre de compenser, pour ajouter deux victoires et arriver en République tchèque pour les 8es de finale à Ostrava l'esprit serein dans des corps sains.