Top 14: Sergio Parisse ne veut pas "trop tirer sur la corde"

Toulon (AFP) –

Publicité

Cette fois c'est la dernière: Sergio Parisse, qui fêtera dimanche sur la pelouse du Stade Toulousain ses 38 ans, a confirmé dans entretien à l'AFP qu'il disputait sa dernière saison au plus haut niveau, convaincu qu'il "ne faut pas trop tirer sur la corde", même s'il espère une dernière sélection avec l'Italie.

Q: Vous avez joué 80 minutes contre Montpellier. Comment vous sentez-vous en ce début de saison ?

R: "Plutôt bien. Tout n'est pas parfait parce qu'on a toujours besoin de deux ou trois matches pour être vraiment dans le bon rythme. Je me connais physiquement et je sais que je peux encore donner beaucoup plus."

Le n°8 de Toulon, l'Italien Sergio Parisse, lors du match de Top 14 à domicile contre Montpellier, le 4 septembre 2021 au Stade Mayol
Le n°8 de Toulon, l'Italien Sergio Parisse, lors du match de Top 14 à domicile contre Montpellier, le 4 septembre 2021 au Stade Mayol Christophe SIMON AFP/Archives

Q: Quel est l'objectif contre Toulouse dimanche ?

R: "Il ne faut surtout pas penser à eux: on doit se concentrer sur nous. Si on pense que ce qu'on a mis contre Montpellier va nous suffire pour être compétitif contre Toulouse, on se trompe. C'était la base et il faudra être meilleur sur les points où on n'a pas été bons comme notre alternance dans le jeu, nos choix et notre capacité à bien lire certaines situations. Il y aura aussi un apport important des joueurs qui vont rentrer. Après, le résultat, on verra."

Q: La semaine suivante, vous recevez le Stade Français, c'est forcément une date spéciale pour vous ?

R: "Je ne peux pas faire autrement... Je serais un menteur si je disais le contraire. Le Stade Français sera toujours mon club de coeur et bien entendu, les matches contre eux sont particuliers. Et comme ce seront les derniers, ils seront encore plus particuliers."

Le 3e ligne de Toulon, l'Italien Sergio Parisse, échappe au plaquage du 2e ligne du Stade Français, Mathieu De Giovanni, lors de leur match du Top 14, le 6 décembre 2020 au Stade Jean Bouin à Paris
Le 3e ligne de Toulon, l'Italien Sergio Parisse, échappe au plaquage du 2e ligne du Stade Français, Mathieu De Giovanni, lors de leur match du Top 14, le 6 décembre 2020 au Stade Jean Bouin à Paris Anne-Christine POUJOULAT AFP/Archives

Q: Cette fois, vous êtes donc sûr que c'est votre dernière saison...

R: "Oui. C'est sûr parce qu'il ne faut pas trop tirer sur la corde. Surtout au niveau physique car mentalement, je me sens très frais."

Q: Vous avez effectivement eu des pépins physiques la saison dernière. Qu'est-ce qui vous a poussé à continuer une saison supplémentaire ?

R: "Chacun connaît son corps et sait ce qu'il est capable de faire. Je savais que j'avais les forces mentales et physiques pour faire une dernière saison. C'était aussi une discussion avec le club. A 38 ans, il y a des questions qui se posent. Avec le club, nous avons tous convenu que c'était une bonne décision. Maintenant, à moi de prendre du plaisir à chaque match."

Q: Un contrat d'entraîneur-joueur avait été évoqué en fin de saison dernière. Quel est votre rôle au RCT ?

R: "Il a plutôt été évoqué de prendre plus de responsabilités dans le secteur de la touche. Je suis joueur à Toulon, comme tous les autres, mais mon investissement par rapport à la touche sera encore plus important. Je vais aussi travailler avec les Espoirs et les Crabos (joueurs de moins de 18 ans, NDLR) sur un projet pour avoir le même fil conducteur sur la touche et que les jeunes soient habitués à travailler d'une certaine façon quand ils rejoignent les professionnels."

Q: A vous entendre, on a l'impression qu'une place vous attend dans le staff la saison prochaine...

R: "J'ai un an de contrat de joueur ici. Et, par expérience, il ne faut pas regarder trop loin. J'ai évoqué mon souhait d'entraîner. Je commence d'ailleurs mon diplôme d'Etat. J'ai envie de m'améliorer, d'apprendre et pourquoi pas un jour d'entraîner ici à Toulon. Mais c'est important pour moi de finir ma dernière saison comme j'ai toujours rêvé de le faire, en jouant à mon meilleur niveau."

Q: Une dernière sélection avec l'Italie est-elle toujours dans votre tête ?

R: "Oui, ce serait une belle fin que de pouvoir rejouer devant le public italien. Mais ce n'est pas une obsession. Je suis en contact avec le nouveau président et le nouvel entraîneur. Il y a aussi une envie de la part des dirigeants italiens de me donner la chance de faire un dernier match. Mais je n'ai jamais aimé, dans ma carrière professionnelle, avoir des cadeaux. J'aurais pu continuer avec l'Italie et avoir 150 sélections au lieu de 142 mais ce n'est pas ce que je veux. Les records ne m'intéressent pas."

Le n°8 italien Sergio Parisse capte un ballon en touche face à la France, lors de leur match des Six Nations, le 16 mars 2019 au Stade Olympique à Rome
Le n°8 italien Sergio Parisse capte un ballon en touche face à la France, lors de leur match des Six Nations, le 16 mars 2019 au Stade Olympique à Rome Alberto PIZZOLI AFP/Archives

Propos recueillis par Tristan ARNAUD