WRC/Rallye de l'Acropole: Rovanperä-Tänak-Ogier, le trio infernal

Athènes (AFP) –

Publicité

Le jeune Finlandais Kalle Rovanperä (Toyota), en tête du Rallye de l'Acropole vendredi soir, a mené un train d'enfer dans les collines grecques, toute la journée, suivi de près par l'Estonien Ott Tänak (Hyundai) et le Français Sébastien Ogier (Toyota).

Cette 9e manche du Championnat du monde (WRC), pour le retour de la Grèce au calendrier, s'annonçait palpitante. Elle a tenu toutes ses promesses, sur des pistes plus ou moins cassantes, plus ou moins roulantes, où l'adhérence était très variable, ont relevé tous les pilotes.

Vainqueur cet été en Estonie, Rovanperä, 20 ans, a signé le meilleur temps dans l'ES3, vendredi matin, pour passer en tête, puis il a récidivé dans l'ES4. En fin de journée, il était encore devant, avec 3.7 secondes d'avance sur Tänak, champion du monde 2019, et 3.9 secondes sur Ogier.

Ogier, septuple champion du monde, a ouvert la route toute la journée, en tant que leader du championnat, et donc balayé la piste, mais il a bien limité les dégâts et a même signé un temps scratch dans l'ES5, pour reprendre temporairement la 2e place à Tänak.

La Toyota Yaris, pilotée par le Français Thierry Ogier, lors du Rallye de l'Acropole, le 10 septembre 2021 à Agioi Theodoroi
La Toyota Yaris, pilotée par le Français Thierry Ogier, lors du Rallye de l'Acropole, le 10 septembre 2021 à Agioi Theodoroi Valerie Gache AFP

"Je peux être content de cette journée, j'ai fait le maximum et on a évité les problèmes", a dit Ogier au point stop de l'ES6, la dernière de la journée, dans laquelle Tänak a repris la 2e place à Ogier, pour deux petits dixièmes de seconde.

Deux autres pilotes ont eu beaucoup moins de réussite: Elfyn Evans (Toyota), boîte de vitesses bloquée pendant une bonne partie de la journée, et Thierry Neuville (Hyundai), direction assistée défaillante dans l'ES4. De quoi plonger au classement général en attendant une éventuelle remontée ce week-end.

- "Journée de m..." pour Neuville -

"On avait déjà eu des problèmes techniques ce matin et là, la direction assistée ne fonctionne plus. Ce sera une journée à oublier mais on a encore deux spéciales à faire et on va continuer à tout donner", a expliqué le Belge au point stop de l'ES4.

La Hyundai, pilotée par le Belge Thierry Neuville, lors du Rallye de l'Acropole, le 10 septembre 2021 à Agioi Theodoroi
La Hyundai, pilotée par le Belge Thierry Neuville, lors du Rallye de l'Acropole, le 10 septembre 2021 à Agioi Theodoroi Valerie Gache AFP

Il a ensuite réussi à réparer tant bien que mal la fuite de sa direction assistée "en collant un tuyau". En fin de journée, épuisé, il regrettait cette "journée de m... remplie de problèmes techniques" mais était content d'avoir réussi à réparer avec les moyens du bord.

Neuville, vice-champion du monde WRC à cinq reprises, avait déjà perdu du temps en pointant avec 24 minutes de retard à la sortie du parc de changement de pneus, vendredi à midi, après l'ES3, parce qu'il avait commencé à réparer en urgence, récoltant quatre minutes de pénalité.

Du coup, en ajoutant le temps perdu dans l'ES4 (1 min 50), dans une voiture totalement privée de direction assistée, le déficit est monté à plus de six minutes sur Rovanperä, assorti d'une 26e place au classement général.

Au pied du podium provisoire, deux pilotes étaient prêts à se livrer un duel prometteur samedi: le vétéran espagnol Dani Sordo (Hyundai), 38 ans et 4e, et le débutant français Adrien Fourmaux, 26 ans et 5e, dans la plus rapide des Ford Fiesta engagées par l'équipe anglaise M-Sport.

Six épreuves spéciales sont prévues samedi (ES7 à ES12), soit plus de 130 km chronométrés, puis les trois dernières dimanche matin (ES13 à ES15). Ce rallye n'avait plus été inscrit au calendrier mondial depuis 2013.