Football / France

Affaire des quotas : La FFF ne sanctionne pas Laurent Blanc

Le président de la Fédération française de football, Fernand Duchaussoy, a renouvelé sa confiance à Laurent Blanc, le 12 mai 2011 au siège de la FFF.
Le président de la Fédération française de football, Fernand Duchaussoy, a renouvelé sa confiance à Laurent Blanc, le 12 mai 2011 au siège de la FFF. REUTERS/Charles Platiau

La Fédération française de football « renouvelle sa confiance à Laurent Blanc », sélectionneur de l'équipe de France, a déclaré le président de la FFF Fernand Duchaussoy ce jeudi 12 mai 2011, qui a annoncé que Mohammed Belkacemi, conseiller en charge du football de quartier, ne serait pas sanctionné non plus. Une procédure disciplinaire devrait toutefois être engagée « dans le strict cadre du code du travail » concernant les acteurs de cette affaire, sans plus de précision quant aux personnes visées.

Publicité

Les deux commissions d'enquête portant sur l'affaire des quotas de joueurs binationaux, qui secoue la Fédération française de football (FFF) depuis le 28 avril, auront donc accouché d'une souris. Mis en cause par plusieurs articles parus sur le site internet Mediapart, le sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc, a en effet vu le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, lui renouveller sa confiance au terme d'un conseil fédéral extraordinaire organisé ce jeudi après-midi 12 mai 2011.

Laurent Blanc et Mohammed Belkacemi ne seront pas sanctionnés

Cette décision était attendue après la présentation, mardi 10 mai, des résultats de la commission d'enquête interne à la Fédération. Celle-ci avait en effet conclu que le sélectionneur des Bleus n'avait pas affiché son soutien à de quelconques quotas et que rien ne pouvait donc lui être reproché. La veille, les rapporteurs de l'enquête du ministère des Sports avaient considéré qu'aucune infraction à la loi n'avait été relevée.

Après avoir présenté ses excuses en conférence de presse, Fernand Duchaussoy a également affirmé qu'aucune sanction ne serait prise à l'encontre de Mohammed Belkacemi, auteur de l'enregistrement de la réunion du 8 novembre 2010 dont le verbatim a été publié par Mediapart, « en raison de son statut de cadre d'Etat ». Le président de la Fédération a néanmoins affirmé que des procédures disciplinaires étaient à l'étude sans préciser qui en serait l'objet « pour respecter le droit des salariés ».

La polémique n'est pas encore terminée

On peut néanmoins supposer que François Blaquart, le Directeur technique national, à l'origine de ce projet de quotas de joueurs binationaux dans les sélections de jeunes, fait partie des intéressés. André Prévosto, directeur général adjoint de la FFF, devrait également être visé puisque l'enregistrement de la réunion lui aurait été remis par Mohammed Belkacemi sans qu'il n'alerte le président pour autant.

Si cette polémique s'est largement dégonflée cette semaine, elle n'est donc pas pour autant terminée. Outre ces fameuses procédures disciplinaires, la ministre des Sports, Chantal Jouanno, a demandé ce jeudi à Fernand Duchaussoy de « mettre en place un observatoire indépendant sur les questions de discriminations, de racisme et de communautarisme » au sein de la Fédération. La ministre avait auparavant été accusée de vouloir étouffer l'affaire par le Conseil représentatif des associations noires (Cran), qui a l'intention de de porter plainte. Enfin, malgré son « blanchiment » par les deux commissions d'enquête, Laurent Blanc devrait intervenir dans le journal télévisé de TF1 à 20 heures, ce vendredi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail