Accéder au contenu principal
Cyclisme / Championnat de France

Championnat de France : Sylvain Chavanel en spécialiste du chrono

Sylvain Chavanel est devenu le nouveau champion de France de cyclisme sur route à Boulogne-sur-Mer, le 26 juin 2011.
Sylvain Chavanel est devenu le nouveau champion de France de cyclisme sur route à Boulogne-sur-Mer, le 26 juin 2011. AFP PHOTO / DENIS CHARLET
4 mn

Ce dimanche 26 juin 2011, sur un circuit exigeant et dans la chaleur, Sylvain Chavanel s’est imposé à Boulogne-sur-Mer dans le championnat de France de cyclisme sur route. Impressionnant dans le final, le sociétaire de la formation Quick Step aura réussi à neutraliser le vainqueur sortant Thomas Voeckler, annoncé comme le grand favori du jour qui termine 3e alors qu’Anthony Roux prend la médaille d’argent.

Publicité

De notre envoyé spécial à Boulogne-sur-Mer

« Je n’y ai cru que dans la dernière bosse ». C’est un beau champion de France qui a levé les bras en haut de la dernière côte d’une course usante, courue sous une chaleur accablante. Ce n’était pas pour le vainqueur l’« enfer » du Nord, mais presque. Il a écrasé de sa classe ce championnat dont chacun s’accordait à dire qu’il serait un des plus difficiles de ces dernières années. Thomas Voeckler a tenté de revenir avec l’aide d’Anthony Roux, mais en vain. Jamais ils n'ont réussi à combler la trentaine de secondes d‘écart qui les séparait du titre, même si jusqu'à un tour de l'arrivée, ils pensaient pouvoir le faire. Ce championnat de France, tracé dans les rues de Boulogne-sur-Mer, aura tenu toutes ses promesses.

Répétition générale avant la « folie » de juillet

Sur les routes vallonnées de la Côte d'Opale, dans le brouillard, 172 coureurs avaient pris le départ de ce championnat ce matin. A une semaine de la Grande Boucle, le monde du vélo s’était retrouvé pour une répétition générale avant la « folie » de juillet, alors que certains coureurs venaient chercher leur qualification pour le Tour. Et comme sur la Grande Boucle, le public a répondu présent en s’installant très tôt sur le bord des routes.

Il faut dire qu’ici chaque année, se déroulent les 4 jours de Dunkerque, dont le vainqueur de l’édition 2011 n’est autre que Thomas Voeckler, champion de France sortant qui remettait sa tunique en jeu. Le soleil a fini par faire son apparition et une chaleur étouffante s’est installée sur les rivages de la mer du Nord.

Comme à l’accoutumée, une échappée matinale se forme avec 16 coureurs qui représentent les formations majeures du cyclisme français. Un contre réussit à faire la jonction à la mi-course et ce sont 21 coureurs qui se retrouvent en tête. Dès lors, il faut patienter un peu pour voir les choses se décanter. Seul fait marquant de la matinée : une chute sans gravité de David Moncoutié, qui s’apprête à courir son dernier Tour de France.

Il faut dire que contrairement aux autres épreuves, le championnat de France permet au vainqueur de sortir de l’anonymat ou d’apporter une ligne supplémentaire à son palmarès, comme c'est le cas pour Sylvain Chavanel : « C'est quelque chose qu'il me fallait », a-t-il précisé à l'arrivée. Même si l’esprit d’équipe demeure, les individualités sont plus exacerbées. Et sur ce circuit urbain d’une exigence incroyable où les côtes se succèdent, seul un homme fort comme lui pouvait se dégager du lot malgré une équipe ramenée à deux avec Jérôme Pineau.

Sylvain Chavanel dynamite la course

C’est au dixième tour (166e kilomètres) que les choses sérieuses commencent, le groupe de tête éclate et le peloton commence à vaciller à l’image de Pierrick Fedrigo, vainqueur sur ce même circuit en 2005. Il est arrivé malade au départ de ce championnat, mais tenait toutefois à marquer sa présence. En fin d'après-midi, il annoncera qu'il ne souhaite pas participer au Tour de France. A moins de 60 kilomètres de l’arrivée, la course est relancée. Discret jusque-là, c’est Sylvain Chavanel qui dynamite la course.

Il reste moins de 50 kilomètres lorsqu’il tente le tout pour le tout en rentrant seul sur le groupe d’échappée. Il le quittera rapidemment pour se lancer dans un raid solitaire dont il maîtrise les secrets. Plus que deux tours à parcourir pour l’homme de la Quick Step qui réussit à neutraliser Thomas Voeckler, grand favori du jour. Même si celui-ci a fini par s’extirper du groupe de tête en entraînant avec lui Anthony Roux (Française des jeux), ils ne reviendront jamais. Chavanel était sur un nuage, alors que toute la journée, il avait un ciel d’azur au-dessus de sa tête.

En spécialiste du contre-la-montre, Sylvain Chavanel a lâché les chevaux et montré que ses trois titres de champion de France du chrono (2005, 2006 et 2008), étaient largement mérités. Avec un titre de champion de France sur route pour sa première victoire de l'année, il n'aura pas fait les choses à moitié.


Les réactions :

Sylvain Chavanel : « C'est quelque chose qu'il me fallait à tout prix (...) j'espère être dans le coup sur le Tour de France. »

Anthony Roux (2e de la course) : « Le circuit à fait ressortir les meilleurs. »

Thomas Voeckler (3e de la course) : « Deuxième ou troisième c'est la même chose. Je ne cours pas pour 'faire deux' mais j'ai été battu par plus fort que moi. Le public doit être content, il y a eu une belle bagarre. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.