Basket-ball/NBA

Basket-ball : vers un lock-out en NBA ?

L'Allemand Dirk Nowtizki et l'Américain Jason Kidd champions NBA avec Dallas en 2011. Au chômage technique en 2012 ?
L'Allemand Dirk Nowtizki et l'Américain Jason Kidd champions NBA avec Dallas en 2011. Au chômage technique en 2012 ? REUTERS/Hans Deryk
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La prochaine saison de la National Basketball League (NBA) sera peut-être annulée. Les propriétaires et les joueurs n'arrivent pas à s'entendre sur les clauses du renouvellement de la convention collective, arrivée à échéance ce jeudi 30 juin 2011. Si les propriétaires n'obtiennent pas un meilleur partage des revenus, ils pourraient forcer l'annulation de la campagne 2011-2012.

Publicité

De Jean-Manuel Téotonio

La NBA est plus populaire que jamais aux Etats-Unis. Les ventes de marchandises et de billets pour les matchs sont en constante augmentation. Pourtant, les propriétaires des équipes de la NBA perdent de l'argent. Selon eux, 22 des 30 formations ont essuyé des pertes financières cette année et la Ligue prévoit de perdre 300 millions de dollars après la campagne 2011-2012. Les propriétaires veulent donc que les joueurs acceptent une autre distribution des revenus. Avec la dernière convention collective, les athlètes recevaient 57% du total.

Lors des dernières négociations, l'Association des joueurs a suggéré de diminuer leur part de 57% à 54,6%, soit une somme de 500 millions de dollars sur cinq ans. Les propriétaires, eux, souhaitent plutôt une entente sur dix ans qui garantirait 2 milliards par année aux basketteurs. Chaque partie aurait alors 50% des revenus. Une proposition refusée par l'Association des joueurs. Elle avance que cela représenterait pour ces 10 années des pertes de 7 milliards pour les athlètes.

Lock-out NBA : comme en 1998-1999 ?

Les deux parties doivent se rencontrées mercredi 29 et jeudi 30 juin à New York pour tenter de trouver un terrain d'entente, sans quoi les propriétaires feraient cesser toutes les activités de la NBA à partir de vendredi 1er juillet. Ce lockout empêcherait les formations de transférer des joueurs ou de négocier avec ceux qui n’ont plus de contrat. Les camps d’entraînement doivent commencer à la fin septembre et la saison à la fin octobre. Cette situation s'est déjà produite lors de la saison 1998-1999. La campagne avait alors été écourtée à cinquante matchs au lieu de quatre-vingt-deux.

Si la saison est annulée, plusieurs joueurs pourraient venir jouer en Europe. Le Français Ian Mahinmi, pivot de l’équipe championne des Dallas Mavericks, a évoqué cette idée lundi. De passage à Paris, le jeune normand n’a pas écarté l’idée de revenir en Pro A ou en Pro B en cas de lockout. Le Havre, Rouen et Lille seraient des équipes auxquelles il aimerait se joindre. Sa situation contractuelle (il est sous contrat avec Dallas pour encore une année) et la peur d’une blessure le feraient toutefois hésiter. Le malheur des Américains fera-t-il le bonheur des Européens ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail