Accéder au contenu principal
Cyclisme/Tour de France 2011

Tour de France 2011: une victoire de prestige pour Jelle Vanendert au Plateau de Beille

Jelle Vanendert  est le vainqueur de la 14e étape entre Saint-Gaudens et le Plateau de Beille, le 16 juillet 2011.
Jelle Vanendert est le vainqueur de la 14e étape entre Saint-Gaudens et le Plateau de Beille, le 16 juillet 2011. REUTERS/Denis Balibouse
8 mn

Pour cette dernière étape pyrénéenne entre Saint-Gaudens et le Plateau de Beille, le coureur Jelle Vanendert de la formation Omega Lotto s’est offert une victoire de prestige ce samedi 16 juillet 2011. Thomas Voeckler qui a effectué une dernière montée en compagnie de tous les leaders reste en jaune. Les spécialistes du Tour nous parlaient du Plateau de Beille comme une étape de légende. Mais aujourd'hui, les prétendants à la victoire finale n'ont rien montré de bien significatif.

Publicité

Pour cette dernière étape pyrénéenne entre Saint-Gaudens et le Plateau de Beille, le coureur Jelle Vanendert de la formation Omega Lotto s’est offert une victoire de prestige pour sa première participation au Tour de France. Thomas Voeckler (Europcar) reste en jaune. Cette 14e étape annoncée comme stratégique, n'a pas apporté d'indications significatives sur le vainqueur final à Paris. 

Jelle Vanendert (Omega Lotto) revient sur Casar

Après 150 kilomètres d'une étape assez terne, c'est Sandy Casar qui allume le feu. Dans le premier kilomètre de la montée vers le Plateau de Beille, le Français distance ses compagnons de route. L'échappée du jour, qui était composée d'une vingtaine de coureurs, explose alors dans cette dernière difficulté. Pour le troisième jour d'affilée, un coureur de la FDJ mène la course à 15 km de l'arrivée. Ce sera peine perdue. 

A 6 kilomètres de l’arrivée en effet, le Belge Jelle Vanendert (Omega Lotto) revient sur Casar et le laisse sur place pour aller triompher au sommet. Peut-être la plus belle victoire pour lui, le coéquipier et ami du champion de Belgique Philippe Gilbert qui le félicitera à l'arrivée. Après 168,5 km de course et six ascensions classées, c'est le flamboyant Espagnol Samuel Sanchez qui prend la deuxième place à une vingtaine de secondes.

A 300 mètres de l'arrivée, Andy Schleck grapille 2 secondes sur les autres leaders

Ce matin je n'imaginais pas être en jaune ce soir

Thomas Voeckler, maillot jaune

Derrière, on retrouve le groupe maillot jaune composé de tous les leaders. A dix kilomètres de l’arrivée, Andy Schleck porte la première estocade. Mais son principal rival, Alberto Contador, s’accroche. Andy Schleck accélère encore à trois reprises sans pouvoir décrocher ses compagnons. Les autres attaques dans ce groupe ne sont pas assez incisives pour qu'un prétendant à la victoire finale se détache. Il faut attendre les 300 derniers mètres et le sprint pour voir Andy Schleck grapiller 2 secondes sur ses rivaux. Cette étape qu'on disait devoir être «stratégique» de 168,5 kilomètres puisqu'elle proposait 6 grosses difficultés, devait bouleverser le classement général. Finalement, le bilan est bien maigre.

Cavendish à la peine 

Dans ce manège qu’est le Tour de France, on ne récolte pas tous les jours le pompon. Mark Cavendish en sait quelque chose. Vainqueur à trois reprises sur ce Tour 2011, il est le premier lâché dans cette dernière étape pyrénéenne. Le maillot vert a sûrement passé une mauvaise journée.

Jérémy Roy, le héros malheureux qui avait terminé 2e à Lourdes, a été distancé au 75e kilomètre dans l’ascension avec son maillot à pois en compagnie de son bourreau de la veille, Thor Hushovd. Victime de douleurs aux genoux, William Bonnet a été éliminé au terme de cette étape. Le sprinteur de la FDJ est arrivé hors délai.

Le Plateau de Beille avait jusqu'à maintenant toujours désigné le vainqueur final de la Grande Boucle. Les quatre arrivées au sommet (1998, 2002, 2004 et 2007) avaient permis au vainqueur de l’étape de se parer définitivement en jaune, jusque sur les Champs-Elysées. La bagarre tant annoncée n'a pas eu lieu, et évidemment ce sera différent pour cette édition 2011. Si la prophétie n'a pas fonctionné (Jelle Vanendert est à 12' 06" au classement général), la grande surprise du jour, c'est le maillot jaune qui reste sur les épaules de Thomas Voeckler. Quel drôle de Tour...

 

«On a travaillé mais on ne pouvait pas faire de grande différence. Il faut une montée plus sélective... J'ai pris quelques secondes dans le sprint. Mais c'est dans les Alpes que la différence se fera. Les Alpes, c'est différent. Voeckler ? Il a fait un truc extraordinaire, il est dans la forme de sa vie. On dit que le maillot jaune peut donner des ailes, il en est le parfait exemple. Ceux qui me laissent la meilleure impression ? Basso et Evans.»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.