Accéder au contenu principal
Football / Euro 2012

Euro 2012 : la France assure contre l'Albanie

Florent Malouda est félicité par ses coéquipiers après son but contre l'Albanie, le vendredi 7 octobre 2011.
Florent Malouda est félicité par ses coéquipiers après son but contre l'Albanie, le vendredi 7 octobre 2011. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : Thomas Pitrel
9 mn

L'équipe de France n'est pas tombée dans le piège de l'Albanie et s'est imposée sans trembler (3-0) pour son avant-dernier match des éliminatoires de l'Euro 2012, ce vendredi 7 octobre 2011. Les Bleus gardent donc un point d'avance sur la Bosnie, qui a battu largement le Luxembourg (5-0), et qu'ils rencontreront dans un match décisif pour la première place du groupe E, au Stade de France, mardi 11 octobre.

Publicité

La Bosnie-Herzégovine a eu le mérite de ne pas faire gamberger les Français trop longtemps. Leur dauphin menant déjà 4-0 à la mi-temps de son match contre le Luxembourg avant même que les Bleus ne débutent leur rencontre, ceux-ci savaient donc qu’ils devaient à tout prix gagner contre l’Albanie pour aborder la « finale » du groupe, ce mardi 11 octobre, avec une longueur d’avance. Mission accomplie pour l’équipe de France, qui n’a pas vraiment eu à se forcer pour surpasser une sélection déjà éliminée.

L'Angleterre avait besoin d'un point pour se qualifier, elle n'a pas fait de zèle contre le Monténégro, ce vendredi 7 octobre 2011. Alors qu'ils menaient 2-0 jusqu'à la 45e minute, les Britanniques se sont écroulés, encaissant l'égalisation dans les arrêts de jeu. Leur qualification est également entachée par le carton rouge reçu par Wayne Rooney, signifiant la suspension de l'avant-centre pour le premier match du championnat d'Europe.

Comme on s’y attendait un peu, le 4-4-2 proposé par Laurent Blanc pour s’adapter aux multiples forfaits ayant touché son groupe (Benzema, Abidal, Ribéry, Gameiro et Matuidi) s’est plutôt transformé en 4-5-1 avec un Loïc Rémy se décalant sur la droite et un Samir Nasri se repositionnant en meneur de jeu, tandis que Bafetimbi Gomis jouait le rôle de l’attaquant de pointe et Florent Malouda celui de l’ailier gauche. C’est ce dernier qui, sans surprise, ouvre le score rapidement pour l’équipe de France. Preuve de bon fonctionnement du système mis en place aujourd’hui, c’est Loïc Rémy qui déboule sur la droite et centre au deuxième poteau pour le joueur de Chelsea, dont la reprise est déviée au fond de ses filets par Dallku (1-0, 11e).

Premier but de Réveillère avec les Bleus

Comme souvent, les Bleus se font aussi leur lot de frayeurs défensives, quand Jahmir Hyka parvient à déborder et à centrer dès la 1ere minute, Cabaye relançant comme il peut, quand Gilman Lika est laissé seul dans l’axe et peut frapper fort sur Lloris (17e), ou quand le portier français doit à nouveau s’employer pour sortir en corner une tentative de Muzaka (40e). En deuxième mi-temps, ce sera le nouvel entrant Elis Bakaj qui aura quelques occasions de l’extérieur de la surface. Mais globalement les Albanais ne semblent pas en mesure de sortir la tête de l’eau, à l’image de leur capitaine et homme fort, Lorik Cana, qui multiplie les fautes et récolte le premier carton jaune de son équipe à la 36e minute. L’ancien joueur du PSG et de l’OM ne peut rien pour empêcher son équipe d’encaisser un deuxième but. Sans doute l’un des deux hommes du match, Nasri transmet à Rémy, sans doute le deuxième homme du match. On pense que le Marseillais va centrer pour Gomis mais il tente sa chance et double la mise dans un angle impossible (2-0, 38e).

Alors qu’au match aller, les Français n’avaient pas montrer un visage serein en laissant l’Albanie réduire le score après avoir rapidement mené au score, ils ne reproduisent pas le même schéma dans leur stade. Faisant honneur au coaching de Laurent Blanc, ce sont deux joueurs entrés en cours de jeu qui augmentent encore la marque pour les Bleus. Marvin Martin (qui a remplacé Cabaye, blessé) délivre un amour de passe dans le dos de la défense à Anthony Réveillère (qui a pris la place d’Evra, blessé également...). Dans un angle peut-être encore plus difficile que sur le but précédent, l’arrière gauche fait trembler les filets pour la première fois depuis qu’il porte le maillot bleu (3-0, 65e). Dernier frisson du match lorsque Bafe Gomis, beaucoup moins en jambe qu’avec son club, laisse sa place à Djibril Cissé, accueilli sous les hourras pour son retour par une foule qui le réclamait depuis un quart d’heure (77e). Pour son retour en sélection, l'avant-centre n'a pas le temps de faire des misères à son coéquipier avec la Lazio de Rome, Lorik Cana, mais il n'en participe pas moins au quatorzième match de suite sans défaite pour l'équipe de France. Une victoire (3-0) qui lui permet d'aborder l'ultime affrontement avec la Bosnie avec un point d'avance.

France - Albanie 3-0
Buts : Malouda (11e), Rémy (38e) et Réveillère (65e) pour la France.

Après avoir été beaucoup critiqué, Samir Nasri a réalisé une prestation plus que satisfaisante contre l'Albanie :

Le score de ce soir nous met en confiance, on avait à coeur de faire un bon match avec tous les blessés et les forfaits du début de semaine. Le groupe a montré un certain collectif et c'est bien pour le match de mardi. Un nul suffirait pour se qualifier contre la Bosnie mais ce serait un piège de les attendre. On doit jouer notre football et les mettre en difficulté. On n'est pas les Italiens pour pouvoir fermer et attendre l'adversaire.

Djibril Cissé a fait son grand retour en équipe de France, sous les acclamations du Stade de France :

J'ai connu l'après 98 et c'était super dur de rentrer en équipe de France. C'était un club très réservé. Il faut que les joueurs se rendent compte que l'équipe de France, c'est sacré. il faut un état d'esprit et ce soir on l'a démontré, ils avaient envie de se qualifier. Petit à petit, les jeunes joueurs prennent confiance et réalisent que l'équipe de France est quelque chose d'important.

Anthony Réveillère, arrière droit, est entré en jeu à gauche et a inscrit son premier but en équipe de France aujourd'hui :

Le ballon arrive, j'ai dans l'idée de centrer et au final je décide de la frapper au premier poteau et ça rentre. On gagne 3-0, je mets mon premier but en bleu. Je n'en ai pas marqué beaucoup dans ma carrière mais ça fait toujours plaisir. Surtout au Stade de France. J'ai ressenti beaucoup de fierté, j'ai pensé aux personnes qui me regardaient. Beaucoup de joie intérieure. Moi je suis toujours prêt à rentrer. Quand on est en sélection, on doit être prêt à toute éventualité : débuter, rentrer ou ne pas jouer.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.