Cyclisme / Tour de France 2012

L'équipe Garmin est décimée

Johan Van Summeren après la chute spectaculaire, le 6 juillet 2012.
Johan Van Summeren après la chute spectaculaire, le 6 juillet 2012. reuters

C’est un cauchemar que l'équipe Garmin a vécu ce vendredi 6 juillet entre Epernay et Metz. Le vainqueur du Tour d’Italie 2012, Ryder Hesjedal a perdu tout espoir de viser la victoire à Paris après avoir été victime d'une chute collective d'une rare violence. Mais il n'a pas été le seul de l’équipe à chuter. La moitié de Garmin s'est retrouvée à terre dans ce que David Millar, 35 ans, a décrit comme la plus violente chute de sa carrière. « C'est la pire que j'ai vécu », a déclaré le Britannique après l’arrivée. Il a ajouté : « Cela n'aurait simplement pas dû arriver. On se jetait les uns sur les autres à 60, 70 km/h. »Six autres coureurs de la formation Garmin ont fini avec plus de 13 minutes de retard sur le vainqueur, accompagnant Hesjedal jusqu'à la ligne. Deux de leurs équipiers ont été encore plus malheureux. Tom Danielson a abandonné et a été transporté à l'hôpital, et Johan Van Summeren a terminé l'étape à plus de 16 minutes.« On a perdu la plupart de nos chances de faire quoi que ce soit dans ce Tour de France. A cet instant, je ne vois pas bien ce que pourrait être un Tour réussi », a reconnu le directeur sportif Allan Peiper. « C'est clairement une semaine à oublier. Parfois, rien ne marche. On a tellement de gars blessés. Hesjedal semble avoir un hématome en haut de la jambe. On va voir ce que le docteur en dit », a-t-il ajouté.Seul David Zabriskie, 72e, après avoir lancé l'échappée précoce du jour et résisté jusqu'à une poignée de kilomètres de l'arrivée, a dû plus ou moins apprécier cette drôle de journée.