Accéder au contenu principal
Cyclisme / Tour de France 2012

Thomas Voeckler se rappelle à notre bon souvenir

Thomas Voeckler a remporté la 10e étape entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine, le 11 juillet 2012.
Thomas Voeckler a remporté la 10e étape entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine, le 11 juillet 2012. REUTERS/Bogdan Cristel
4 mn

Entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine, le coureur de la formation Europcar, Thomas Voeckler, s’est imposé dans la 10e étape qui proposait le premier col hors catégorie de ce Tour mercredi 11 juillet 2012. Le Grand Colombier, inédit dans la Grande Boucle, a tenu toutes ses promesses. Vincenzo Nibali en a profité pour tenter de faire le break dans la descente.

Publicité

De notre envoyé spécial sur le Tour de France,

« Ils sont où les coureurs ? ». Les voitures qui ouvraient la course ont entendu cette question pendant toute la montée du col du Grand Colombier, première difficulté de cette édition 2012, placée à 40 kilomètres de l'arrivée. Réponse : ils sont un peu partout le long de ces 18 kilomètres, serait-on tenté de dire. Dès les premières rampes, les coureurs de tête (un groupe d’une vingtaine) ont senti passer la douleur. Heureusement, la veille, une journée de repos avait été programmée avant cette étape annoncée comme piégeuse. Une bonne chose pour Thomas Voeckler qui a visiblement repris du poil de la bête. A 33 ans, il remporte son troisième succès sur la Grande Boucle. Même s'il est désormais très loin au classement général, il nous rappelle ainsi son Tour 2011 où il avait brillé pendant 10 jours en jaune.

Un col qui a tenu ses promesses

Thomas Voeckler s'est emparé du Maillot à pois, le 11 juillet 2012.
Thomas Voeckler s'est emparé du Maillot à pois, le 11 juillet 2012. REUTERS/Stephane Mahe

Avec un pourcentage moyen d’environ 6,9%, la montée aurait pu être une formalité pour le coureur du Tour. Mais les passages entre 12% et 14%, ont été compliqués à gérer. Du coup, dès le pied, le groupe qui avait pris la poudre d’escampette dans la première heure de course a explosé. Sur une pancarte, on pouvait lire : « je ne suis pas masochiste ». C’est vraiment la question que l’on pouvait se poser depuis le début du Tour, alors que Thomas Voeckler traînait un peu sa peine avec une douleur au genou. Mais les 10 premiers jours de course ont eu raison de sa patience. « J’ai eu mal au genou dans la dernière descente mais j’ai tout fait pour ne pas le montrer dans le final ». « J’étais costaud aujourd’hui et j'avais l’impression d’être l’homme à battre », a rajouté le coureur. Thomas Voeckler qui s'est emparé du maillot de meilleur grimpeur va « voir au jour le jour » comment le garder.

« Nibali est toujours très dangereux »

Alors que tout le long de cette montée, une horde de supporters norvégiens avait envahi le bord de la route, c’est un Italien qui a osé défier le leader incontesté, Bradley Wiggins. Dans la descente du Grand Colombier, Vincenzo Nibali s’est lancé dans un contre-la-montre pour reprendre du temps sur le Britannique. Même si l’opération s’est avérée nulle, Wiggins a tout de même confié : « Je m'attendais à ce qu'il attaque, mais il n'y a pas eu de sentiment de panique de notre part. Il est toujours très dangereux et je ne suis pas à l'abri d'une défaillance. Je le respecte toujours. »

Derrière, le dernier « gruppetto »  du Tour a passé la ligne avec trente minutes de retard. La plupart des sprinteurs dont Mark Cavendish en faisait partie. Tony Gallopin, premier coureur français après le contre-la-montre de Besançon, est désormais relégué à la 45e place.

L'étape de demain, avec quatre cols dont deux hors catégorie entre Alberville et La Toussuire (148 km), est la plus courte de cette édition. Selon Bradley Wiggins, ce sera l'étape la plus difficile de ce Tour. Il ne faudra donc pas trop traîner pour rentrer dans les délais.

Le classement de l'étape et du général.

tour de france 2012 : résultats, analyses et reportages

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.