Accéder au contenu principal
JO 2012 / Grèce

JO 2012 : des propos racistes coûtent l’exclusion à une athlète grecque

La sportive grecque Voula Papachristou exclue des JO 2012 car coupable d’un tweet jugé raciste.
La sportive grecque Voula Papachristou exclue des JO 2012 car coupable d’un tweet jugé raciste. REUTERS/ICON
Texte par : Genc Burimi | AFP
3 mn

La triple sauteuse grecque Voula Papachristou, a été exclue mercredi 25 juillet des jeux Olympiques de Londres. Elle a été coupable d’un tweet jugé raciste et « contraires aux valeurs et aux idéaux du mouvement olympique ».

Publicité

L’athlète grecque de 23 ans Voula Papachristou restera dans l’histoire comme la première victime olympique de Twitter. Ce qu’elle a écrit pour plaisanter sur sa messagerie, relève à la fois du racisme et de la stupidité. Mais cela tombe très mal, le Comité International Olympique a décidé avant les Jeux de prendre les sanctions les plus sévères vis-à-vis des sportifs qui tiennent des propos discriminatoires, y compris sur les réseaux sociaux.

Une blague du plus mauvais goût à l’encontre des Africains en Grèce

La spécialiste grecque du triple saut a écrit sur sa messagerie Twitter qu'« avec autant d'Africains en Grèce, au moins les moustiques du Nil occidental mangeront de la nourriture maison ». Confrontée à d’innombrables critiques, elle s'est rendue compte de sa gaffe et a essayé de faire amende honorable, en publiant un communiqué de pardon. « Je demande pardon à tous mes amis et mes coéquipiers si je les ai mis dans l'embarras » écrit-elle, sans toutefois réaliser que c'est avant-tout aux Africains qu'elle doit demander pardon. Consciente à ce moment-là, qu’elle risque l’exclusion des Jeux, Voula Papachristou semble supplier l’opinion publique pour éviter la sanction suprême : « Les Jeux étaient mon rêve. Est-ce possible que je ne respecte pas les idéaux du mouvement olympique », a-t-elle déclaré. Trop tard, le mal est fait.

Les Grecques ont pris les devants

C’est le comité national olympique grec qui a lui-même anticipé une sanction du CIO et exclu son athlète dans le but d’éviter une mauvaise publicité à l’échelle mondiale si le CIO se voyait contraint de le faire. Voula Papachristou est donc exclue à deux jours de l'ouverture des jeux Olympiques de Londres. « Apparemment, elle a vraiment contrevenu aux principes olympiques et à la Charte et si elle a transgressé ces principes, nous soutiendrons le comité olympique grec », a déclaré Mark Adams, directeur de la communication du CIO lors d'une conférence de presse, précisant qu'à sa connaissance, ce n'était pas la première fois qu'un athlète était exclu d'une équipe pour ce genre d'affaires, mais que cela n'était jamais arrivé aux jeux Olympiques. Reste à voir si l'athlète exclue déposera un recours pour annulation de la sanction devant le Tribunal arbitral du sport (Tas).

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.