Accéder au contenu principal
Jeux paralympiques 2012

Paralympiques 2012: les handicapés mentaux font leur retour

Le Stade olympique de Londres sera le théâtre des Jeux paralympiques 2012 après les JO 2012.
Le Stade olympique de Londres sera le théâtre des Jeux paralympiques 2012 après les JO 2012. REUTERS/Marko Djurica
4 mn

Les athlètes souffrant de déficience intellectuelle font leur réapparition aux Paralympiques à l’occasion de Londres 2012. Ce retour a causé bien des débats et des tensions depuis  les Jeux de 2000 et l’exclusion des sportifs handicapés mentaux.

Publicité

Douze ans après les Jeux Sydney, le handicap mental a de nouveau le droit de cité aux Paralympiques. Les athlètes souffrant de déficience intellectuelle font leur réapparition à l’occasion de l’édition 2012 à Londres après avoir été exclus des Jeux 2004 et 2008.

Des basketteurs espagnols trichent, tous les handicapés mentaux sont exclus

La raison ? En 2000, l’Espagne remporte la médaille d’or en basket-ball avec une équipe majoritairement composée de joueurs valides. C’est un journaliste espagnol, lui-même infiltré dans le groupe, qui révèle le pot aux roses.

La supercherie provoque un énorme scandale mais pas la réaction attendue, rappelle Michel Chopinaud, le Directeur technique nationale de la Fédération française du sport adapté (Ffsa), une structure dévolue au handicap mental ou psychique : « Loin de sanctionner uniquement une nation ou une discipline, le Comité international paralympique a exclu l’ensemble des personnes handicapées par une déficience intellectuelle. Le CIP a souligné que les critères d’éligibilité n’étaient pas assez sérieux et fiables et qu’il fallait réviser ces critères avant de réintégrer les athlètes aux Jeux paralympiques. »

Retour sous tension

S’en suit un lobbying de neuf années de la part de la Fédération internationale du sport pour les athlètes atteints de déficience intellectuelle (Inas). L’Inas met également en place des tests poussés pour s’assurer du handicap d’un participant. Le processus est reconnu et validé scientifiquement. Toutes les conditions sont donc réunies pour qu’en 2012, on revienne à l’ancienne formule.

Pourtant, en novembre 2009, les athlètes souffrant de déficience intellectuelle ne sont réadmis qu’à l’issue d’un vote serré lors d’une assemblée générale tendue du CIP. « Beaucoup de pays voulaient poursuivre cette exclusion, explique Michel Chopinaud. Les autres sportifs ont pris toute leur place. Or il y a un quota de près de 4000 participants pour les Jeux paralympiques. »

Près de 120 athlètes concernés

Pour faire de la place aux personnes souffrant d’un handicap mental, il a donc fallu en retirer à celles touchées par un handicap physique. Au final, à Londres, trois disciplines seront ouvertes aux handicapés mentaux : l’athlétisme, la natation et le tennis de table. Autre conséquence, la proportion d’athlètes souffrant de déficience intellectuelle devrait être faible aux Jeux 2012. On attend à peine plus d’une centaine de personnes.

Et en équipe de France, ils ne seront que quatre parmi les 163 engagé(e)s. Mais ils représenteront de grosses chances de médailles, notamment Alicia Mandin en natation et Pascal Pereira en tennis de table. De l’or pourrait en tout cas susciter des vocations dans l’Hexagone. Selon Michel Chopinaud, sur les 600 000 à 700 000 personnes atteintes par un trouble d’ordre intellectuel en France, seules 46 000 pratiquent un sport adapté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.