Football / Eliminatoires Mondial 2014

Andrés Iniesta, le stratège de la Roja

Andrés Iniesta à l'entraînement avec le match face à la Biélorussie, le 11 octobre 2012.
Andrés Iniesta à l'entraînement avec le match face à la Biélorussie, le 11 octobre 2012. Reuters / Vasily Fedosenko

L'équipe de France rencontre l'une des meilleures sélections de l'histoire du football, mardi 16 octobre, à Madrid. A 28 ans, le milieu de terrain Andrés Iniesta a déjà remporté l'Euro 2012 et 2008 ainsi que la Coupe du monde 2010. Le joueur du Barça sera l'un des hommes clefs de la sélection espagnole. Retour sur la carrière d'un joueur d'exception.

Publicité

« Andrés Iniesta a une habileté technique, une intelligence de déplacement et cette faculté à faire des crochets courts pour se dégager de l’adversaire ». Ces mots sont de Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France, qui fait l’éloge du milieu offensif de Barcelone. Alors que la planète football est dominée par Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, Andrés Iniesta est certainement le joueur qui peut le mieux revendiquer une place sur le podium.

Depuis plusieurs années maintenant, le petit joueur (1,70 m) fait chavirer les têtes à chaque grand rendez-vous de l’équipe d’Espagne. Sa faculté à lire le jeu et sa capacité à se défaire de l’adversaire est redoutable. Ses dribbles et ses accélérations font le bonheur des supporters espagnols.

Guardiola, l’idole du jeune Iniesta

Andrés Iniesta et Samuel Eto'o en 2004 lors d'un match contre Malaga en Liga.
Andrés Iniesta et Samuel Eto'o en 2004 lors d'un match contre Malaga en Liga. AFP PHOTO LLUIS GENE

Tout commence à l’automne 1996, quand le bambin rejoint les rangs du FC Barcelone à l’âge de douze ans. L’écolier au teint clair se retrouve dans le même club que son idole de l’époque, Pep Guardiola. Andrés Iniesta apprend très vite et semble savoir tout faire. Il peut jouer devant la défense, derrière l’attaquant, voire ailier droit ou ailier gauche. A l’aube de la saison 2000-2001, il rejoint les rangs de l'équipe B du club catalan et devient en très peu de temps un joueur incontournable. Il confirme toute l’étendue de son talent en sélection espagnole espoir. En 2001, il remporte le Championnat d’Europe des moins de 16 ans et celui des moins de 19 ans l’année suivante. A 20 ans, le 11 mai 2004, Andrès Iniesta est convoqué pour la première fois pour jouer avec l'équipe A d'Espagne.

Lors de la saison 2005-2006, Iniesta devient un joueur phare au Barça et commence à forcer le respect. Il explose au grand jour en participant à la conquête de la Ligue des champions. Depuis, la vitrine du football européen ne le quitte plus et il est incontournable dans ce grand rendez-vous. Iniesta aligne les prestations et occupe les équipes types de chacune des compétitions auxquelles il prend part, ou presque. En 2009, il marque lors de la demi-finale face à Chelsea et expédie les Blaugranas en finale en toute fin de match dans les arrêts de jeu. Ce soir là, il devient « Don Andrés » pour les médias catalans. Aujourd'hui, il affiche trois Ligues des champions à son palmarès.

A quand le Ballon d’Or ?

Xavi, Iniesta et Messi finalistes pour le Ballon d'Or 2010.
Xavi, Iniesta et Messi finalistes pour le Ballon d'Or 2010. AFP

Du haut de son 1,70 m, Iniesta offre à l’Espagne la Coupe du monde en 2010 avec le but de la victoire lors des prolongations face aux Pays-Bas. En 2012, le stratège de la Roja est élu meilleur joueur de l'Euro alors que la sélection espagnole offre au royaume de Juan Carlos un nouveau trophée. Il ne manque maintenant plus à Andrés Iniesta qu'une récompense : un premier Ballon d’Or.

Pour l’instant, le jury en a décidé autrement. Le joueur le plus populaire de la Roja a terminé deux fois deuxième dans la course au titre si prestigieux. Pourtant, Iniesta n’a pas l’air de s’en soucier plus que cela. Mais il a beau clamer haut et fort « que gagner le Ballon d’or n’est pas primordial » et qu’il a juste envie d’apprécier ce qu’il fait, cette récompense viendrait clore 52 ans de disette pour l’Espagne (Luis Suarez, en 1960, alors qu'il jouait au FC Barcelone) et un nouveau trophée à l’enfant de Fuentealbilla.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail