Accéder au contenu principal
Handball / Mondial 2013

Les Experts tournent la page

Claude Onesta et Nikola Karabatic seront toujours au rendez-vous des prochains matches de l'équipe de France.
Claude Onesta et Nikola Karabatic seront toujours au rendez-vous des prochains matches de l'équipe de France. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Après avoir dominé le handball mondial depuis 2006, les "Experts", surnom de l'équipe de France dans cette période magique, ont vu leur règne s'achever en quarts de finale des Mondiaux 2013. L'aventure s'achève avec un palmarès exceptionnel, incluant six titres majeurs et huit demi-finales en dix compétitions. Les Bleus devront maintenant entamer une vaste reconstruction.

Publicité

Par Thomas Jarrion

La défaite concédée par la France face à la Croatie (23-30) mercredi à Saragosse, n'a pas seulement marqué la sortie prématurée de l'équipe de France du championnat du monde dont elle était la tenante du titre. Ce revers marque aussi le départ d'une génération qui a tout gagné. Parmi eux, Didier Dinart, symbole de la défense de fer des Experts avec ses 376 sélections et ses sept titres majeurs en équipe de France. Il prend sa retraite internationale à 36 ans, obligeant à repenser toute l’organisation défensive des Bleus. D’autant que Daouda Karaboué, l’éternel numéro 2 dans les cages françaises, souvent irréprochable, arrête également sa carrière en bleu...

Autre légende du hand en fin de carrière, Jérôme Fernandez, le capitaine courage des Bleus aux 350 sélections, « ne sait pas » s’il va continuer sa carrière internationale. Et alors que Guillaume Gille a déjà mis fin à son aventure en bleu, le doute plane toujours sur l’avenir de son frère, Bertrand Gille. A 34 ans, le pivot n’était pas au Mondial à cause d’une blessure et est incertain quant à son retour en bleu.

Un noyau dur toujours là

C’est la fin d’un cycle mais pas d’une équipe, loin de là. D’abord, Claude Onesta reste fidèle au poste de sélectionneur. Il a prolongé son contrat jusqu’en 2016 pour les Jeux Olympiques à Rio et pourra compter sur des joueurs de classe mondiale. D’abord, il y a Daniel « Air France » Narcisse, élu meilleur joueur du monde en 2012.

Avec lui, l’éternel Nikola Karabatic, impeccable en Espagne, à l’exception du dernier match, est toujours là. Ajoutez Abalo, Barachet, Honrubia, Accambray, Guigou et Sorhaindo et vous avez déjà une équipe à faire pâlir bon nombre de nations du hand.

La relève arrive

Mais pour être à nouveau sur le toit du monde, les Bleus ont besoin de sang neuf. Et ils sont nombreux à vouloir mouiller le maillot national et à connaître son exigence de la gagne. Premier de la classe : Valentin Porte, la doublure de Luc Abalo, 22 ans et plein d’avenir, est l’une des rares satisfactions du Mondial 2013, même s'il a peu joué.

Autre espoir et fils de l’ancien « Barjot » Pascal Mahé : Kentin Mahé, jeune demi-centre de 21 ans, expatrié en Allemagne. Un peu plus âgé (26 ans) mais tout aussi talentueux : Kévynn Nyokas, l’arrière droit de Chambéry, qui était déjà avec les Experts pour l’Euro 2012. Enfin, Mathieu Grébille, l’arrière gauche de Montpellier qui s’est affirmé lors de l’absence de Nikola Karabatic en club.

Si les Experts ne sont plus, l’équipe de France est toujours là et les ambitions sont au rendez-vous. Reste à bien négocier le virage de la transition. Prochain test en avril avec les deux derniers matches qualificatifs pour l'Euro 2014.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.