Accéder au contenu principal
RUGBY / TOURNOI DES 6 NATIONS

L'Angleterre plus forte que la France

Le centre anglais Tuilagi a inscrit l'unique essai de son équipe sur la pelouse de Twickenham, samedi 23 février.
Le centre anglais Tuilagi a inscrit l'unique essai de son équipe sur la pelouse de Twickenham, samedi 23 février. REUTERS/Toby Melville
Texte par : Grégoire Remund
5 mn

Malgré une excellente première mi-temps, l'équipe de France a été battue samedi par l'Angleterre (23-13) et concède sa troisième défaite de rang dans le Tournoi des 6 Nations. Si le XV de la Rose se rapproche doucement du Grand Chelem, les Bleus devront à tout prix relever la tête contre l'Irlande lors de leur avant-dernier match pour écarter le spectre de la cuillère de bois.

Publicité

Un XV de France à deux visages. Conquérants et solides en première mi-temps, les Bleus sont retombés dans leur travers au retour des vestiaires et permis à l’équipe d’Angleterre de s’imposer sur sa pelouse de Twickenham lors du fameux « crunch ». Cette victoire permet au XV de la Rose d’enregistrer son troisième succès dans ce Tournoi des 6 Nations. A l’inverse, la France s’enlise dans une spirale négative en concédant une troisième défaite de rang, après celles subies contre l’Italie et le pays de Galles. Trois échecs en trois matchs, du jamais vu depuis 1997.

On a manqué de discipline.

Thierry Dusautoir, capitaine du XV de France

Venue pour arracher une victoire de prestige contre sa meilleure ennemie, c’est une équipe de France sérieusement remodelée par Philippe Saint-André qui aborde la rencontre. La charnière Machenaud - Michalak a été remplacée par la paire Parra- Trinh-Duc tandis que Fofana retrouve sa position au centre de l'attaque. Clerc est de nouveau titulaire à l'aile et retrouve de nombreux Toulousains. La troisième ligne française en est exclusivement constituée. La première ligne est également renouvelée avec Domingo et Mas qui entourent Kayser.

Dans les premières minutes Français et Anglais se rendent coup pour coup, Parra, meilleur buteur de la H Cup (coupe d’Europe) cette saison, répondant à l’ouvreur Farrel au jeu des pénalités.

Concentrés, déterminés, les Bleus mettent toute leur force dans la bataille. Incisifs en attaques, ils se montrent également intraitables en défense, bousculant à plusieurs reprises le XV de la Rose sans toutefois réussir à percer leur dernier rideau.

Côté anglais, la première alerte sérieuse intervient à la 26e minute quand le centre Tuilagi trouve une brèche dans la défense française mais se fait rattraper in extremis à trois mètres de la ligne d’essai.

Cette frayeur passée, les hommes de PSA se remobilisent et finissent par trouver l’ouverture grâce à la puissance et au génie de Fofana qui part de son camp le long de la ligne de touche, échappe à six placages avant d’aller aplatir le ballon dans l’en-but adverse. Superbe ! Le joueur de Clermont marque là son sixième essai sous le maillot de l’équipe de France. Incontestablement son plus beau.

Le spectre de la cuillère de bois se rapproche

La Perfide Albion profite de l’indiscipline française pour rester au contact. Mais la maîtrise dont ils ont fait preuve depuis le début du tournoi semble bien loin. A l’image d’un Farrell efficace au pied (trois sur trois aux pénalités) mais fantomatique dans le jeu, probablement tétanisé par l’évènement, lui qui n’a que 21 ans et qui dispute son premier tournoi. A la mi-temps, les Bleus mènent 10 à 9.

Les Français entament le deuxième acte comme ils l’avaient fini : sur les chapeaux de roue. Problème, cela dure cinq petites minutes. Farrell, toujours aussi adroit, donne trois points de plus à son équipe avant que Tuilagi, le centre né aux Samoa, n’hérite d’un ballon mal négocié par les Français pour venir inscrire le premier essai anglais. Une erreur payée cash et dont les Bleus ne se relèveront jamais.

Le dernier quart d’heure est tout à l’avantage des hôtes qui multiplient les offensives tel un rouleau compresseur. Aculés, les tricolores perdent un nombre incalculable de ballons, en touche, sur leurs propres lancements de jeu… ravivant le mauvais souvenir de leurs deux premières rencontres, catastrophiques dans tous les compartiments du jeu.

Impuissante, la France perd 23 à 13 et laisse filer l’Angleterre vers un probable Grand Chelem qui lui échappe depuis dix ans. Les Bleus devront à tout prix faire un résultat en Irlande (9 mars) pour éviter que se rapproche un peu plus le spectre d'une cuillère de bois obtenue pour la dernière fois en 1957.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.