Accéder au contenu principal
Basket-ball

NBA : les Lakers de Los Angeles sur la bonne pente ?

Kobe Bryant et Dwight Howard (au second plan) lors d'un match des Lakers.
Kobe Bryant et Dwight Howard (au second plan) lors d'un match des Lakers. REUTERS/Bill Waugh
4 mn

Avec 31 victoires et 31 défaites, les Lakers de Los Angeles réalisent une saison poussive en NBA, le championnat nord-américain de basket-ball. Kobe Bryant et ses coéquipiers sont neuvièmes de la Conférence Ouest malgré de meilleurs résultats depuis deux  semaines. Les Californiens vont-ils manquer les play-offs, la phase finale, pour la troisième fois seulement depuis trente ans ?

Publicité

La triste période des Lakers de Los Angeles va-t-elle prendre fin ? Largement battus par le Thunder d’Oklahoma City (105-122) le 5 mars, les Californiens ont en partie réagi le lendemain en gagnant à la Nouvelle-Orléans, chez les Hornets (108-102). Un succès qui permet aux Lakers d’équilibrer leur bilan avec 31 victoires contre 31 défaites, et ce à deux mois et vingt rencontres de la fin de saison régulière.

Depuis le All star game* du 17 février, Los Angeles se porte mieux avec six victoires contre deux défaites. Mais la franchise reste 9e au classement de la Conférence Ouest, derrière Utah, dernière équipe en position de se qualifier pour les play-offs.

Un manque de rigueur dans le jeu

La saison des Mauve et or n’a pas été un long fleuve tranquille. Elle a pourtant débuté sous de bons auspices avec les arrivées de trois renforts de valeur : celle du meneur-passeur Steve Nash, de l’ailier expérimenté Antawn Jamison et du meilleur pivot de la NBA Dwight Howard. Mais les trois recrues se sont plus ou moins bien adaptées et les premières sorties ont été catastrophiques avec trois défaites d’entrée, sans compter les huit revers subis en pré-saison. Résultat : le coach, Mike Brown, a été démis de ses fonctions, le 9 novembre 2012. Il a été  remplacé quelques jours plus tard par Mike D’Antoni, adepte du jeu d’attaque.

L’arrivée de D’Antoni n'a pas radicalement changé la donne avec un manque de rigueur chronique dans le jeu. Les Lakers sont presque rois de la NBA pour les pertes de balle (15 par match en moyenne) et les ratés aux lancers francs (69,2% de réussite seulement). Leur adresse au tir à trois points est également douteuse, tout comme leur capacité à réussir des interceptions ou à arracher des rebonds offensifs.

Ce basket poussif peut s’expliquer par le départ de sept joueurs à l’intersaison et l’intégration de Dwight Howard au jeu collectif. Sans oublier l’âge assez avancé de plusieurs cadres de l’équipe : Kobe Bryant a désormais 34 ans, Pau Gasol 32, Antawn Jamison 36, Steve Nash 39 et Metta Wold Peace 33 ans…

La mort de Jerry Buss, un tournant

Il aura peut-être fallu la mort de Jerry Buss, le propriétaire historique de la franchise, pour réveiller tout ce beau monde. Le mercredi 20 février, les Lakers lui ont rendu hommage en battant leurs grands rivaux, les Celtics de Boston (113-99). Ce soir-là, les Angelenos ont ressemblé davantage à l’équipe seize fois championne NBA qu’à celle qui risque de ne pas participer aux play-offs pour la troisième fois seulement en trente ans (après 1994 et 2005).

*Le All star game est un match de gala qui réunit les meilleurs joueurs de la NBA, avec une opposition entre les éléments de la Conférence Est et ceux de la Conférence Ouest.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.