Tennis

Roland-Garros: Lucas Pouille se révèle au grand public

Le Français Lucas Pouille ce mardi 28 mai à Roland-Garros.
Le Français Lucas Pouille ce mardi 28 mai à Roland-Garros. Photos RFI / Pierre René-Worms

A 19 ans, Lucas Pouille s'est qualifié, mardi 28 mai, pour le 2e tour de Roland-Garros en battant l'Américain Alex Kuznetsov en trois sets. Ce Nordiste inconnu du grand public, est le plus jeune Français à passer un tour à Roland-Garros depuis 2009. Et il l'a fait de belle manière. Récit.

Publicité

De notre envoyé spécial à Roland-Garros,

Vingt-huit mai 2013. Lucas Pouille devrait se souvenir longtemps de cette date. Dans un tournoi du Grand Chelem, il y a les stars et les autres… Ceux qui ont la possibilité de se promener dans les allées de Roland-Garros sans se faire happer par le public. C’était le cas de Lucas Pouille jusqu’à ce match dantesque gagné en trois sets contre Alex Kuznetsov (6-1, 7-6, 7/2, 6-2).

Il profite d’une wild-card

Le Français de 19 ans a profité d’une wild-card (invitation) pour découvrir les Internationaux de France. Cet apprenti a déjà participé à ses premières qualifications lors de l’Open d’Australie. Aujourd’hui, face à Alex Kuznetsov (171e mondial), il a continué son apprentissage du haut niveau et a surtout joué juste.

Sur le court numéro 7, loin des clameurs du central, il s’est défait assez facilement de cet Américain de 26 ans né à Kiev, en Ukraine, qui a également hérité d'une wild-card, et découvert aussi Roland-Garros. Alors que Lucas Pouille se disait excité et impatient de jouer son premier match, il a commencé sa partie avec trois heures de retard avant une interruption de plus d’une heure, la pluie battante avait fait sa réapparition

« On savait qu’aujourd’hui cela allait être galère avec la météo et j’étais préparé à cette situation », raconte-t-il. « Pour tout vous dire, hier soir j’étais assez tendu. Mais mon entraîneur a su trouver les mots pour me calmer », explique Lucas Pouille. « Cette interruption après le deuxième set m’a fait du bien. J’ai discuté avec mon entraîneur et ça ma boosté pour le troisième ».

Ce garçon très sage qui dit être proche de sa famille, de sa copine et de ses amis comptait une trentaine de personnes acquises à sa cause dans les gradins. « Je savais qu’ils étaient là et ça m’a donné confiance. Quand je suis rentré sur le court,  j’ai vraiment senti qu’ils étaient derrière moi », avoue-t-il.

Sa première raquette à huit ans

Champion de France juniors en 2012, Lucas Pouille progresse à grande vitesse depuis quelques mois (324e mondial). Ces derniers mois, il a réalisé un bond de 500 places. Samedi dernier, il a même eu l’occasion d’échanger des balles contre Novak Djokovic et son compatriote Jo-Wilfried Tsonga. Un honneur pour ce joueur qui a tenu sa première raquette à l’âge de huit ans.

Ce garçon calme et visiblement réservé a principalement récité ses gammes sur des tournois Futures ces derniers temps. Lucas Pouille ne compte qu’une victoire à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, début avril. Mais ce voyage « assez galère » lui a visiblement permis d’engranger de la confiance et de l’expérience avec des « conditions pas faciles ». Au point de supporter cette première journée à Roland-Garros qu’il a maîtrisée de bout en bout.

« A la Fédération, ils savent qu’il a du potentiel. Il a un très bon service et un coup droit très efficace. Il a été dominateur pendant tout le match et c’est un bosseur. Voilà pourquoi on lui a donné une wild-card », dit Patrice Hagelauer, qui a notamment entraîné Yannick Noah. Son coup droit dévastateur en fait, pour de nombreux observateurs, une véritable pépite pour l'avenir du tennis français. Ce Nordiste est le plus jeune Français à passer un tour à Roland-Garros depuis Guillaume Ruffin, en 2009.

« C’est sympa de voir que les gens croient en moi »

« Si j’ai eu une wild-card, c’est que les gens pensaient que j’en étais capable », souligne Lucas Pouille. Voilà un moment que les spécialistes parlent de lui. Mais il ne veut pas s’emballer. « Oui, j’entends ce que l’on dit sur moi, mais j’essaye de ne pas trop y faire attention. On ne sait jamais ce qui peut se passer. Mais c’est sympa de voir que les gens croient en moi ».

Pouille retrouvera au deuxième tour Grigor Dimitrov (28e mondial) qui a sorti Novak Djokovic à Madrid ces dernières semaines. « Dimitrov joue très bien en ce moment et je vais rentrer sur le court avec l’envie de gagner ».

Et ils devraient être encore plus nombreux à venir voir celui que l’on considère comme un futur grand joueur. En tout cas, aujourd’hui, entre les gouttes de pluie, Lucas Pouille n’a pas raté son baptême du feu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail