Cyclisme

Tour de France 2013 : Christopher Froome attire la suspicion

Le Britannique Christopher Froome se présente à un contrôle anti-dopage après sa victoire au Mont Ventoux.
Le Britannique Christopher Froome se présente à un contrôle anti-dopage après sa victoire au Mont Ventoux. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Christopher Froome faisait face aux médias après sa démonstration dans le Mont Ventoux dimanche 14 juillet. Depuis le début du Tour de France 2013, chaque conférence de presse organisée par l’équipe Sky tourne rapidement autour de l’éventuel dopage de Froome. Ce lundi matin, au lendemain de la spectaculaire victoire du Britannique, les questions étaient encore plus directes.

Publicité

De notre envoyé spécial à Vaison-la-Romaine,

Au lendemain de la victoire de Christopher Froome au Mont Ventoux, les médias du monde entier se sont déplacés en nombre pour rencontrer le Maillot Jaune. Dans une ambiance électrique, le coureur de l’équipe Sky a été assailli de questions sur ses performances et les suspicions de dopage. « Je suis triste que l’on parle de ça après une victoire historique au Mont Ventoux. Tous ces résultats sont les miens et j’ai travaillé dur. Je sais ce que j’ai fait et j’en suis fier », a répondu toujours aussi calmement le coureur britannique, qui devait s’attendre à cette situation. De sa victoire au Ventoux et de la suite du Tour, il n’en sera que peu question. « Comment répondre aux critiques ? », lance le Maillot Jaune. « Ça a été une longue bataille pour être là où je suis. »

« Tout cela est blessant »

Son manager, Dave Brailsford, a alors pris la parole, histoire de soulager un peu « Froomey ». « Vous nous demandez de vous prouver qu’on ne se dope pas. OK. On se voit lors des conférences de presse, tous les soirs après les étapes, tous les matins au bus. Et ce sont toujours les mêmes questions, a-t-il regretté. Mais tout est dans le passeport biologique. Il y a un panel d’experts, qui a à sa disposition un bloc d’informations. Pas seulement les valeurs sanguines, mais également le poids, la puissance, toutes les informations concernant nos coureurs. Nous sommes heureux de cela, les experts peuvent voir toutes nos données. C’est la meilleure réponse », raconte un peu énervé Brailsford.

« Tout cela est blessant », ajoute Nicolas Portal, le directeur sportif de Christopher Froome. Les coureurs font des efforts et c’est dur d’être critiqué comme cela ». Nicolas Portal prend exemple sur Alberto Contador, distancé hier dans le final de l’étape du Mont Ventoux. « Si c’est le vrai Contador, pourquoi ce ne serait pas le vrai Froome ? », interroge-t-il. « Tout le monde travaille super dur et tout est optimisé au maximum. On croit en nos coureurs et de toutes façon, lorsque l’on donne des exemples, on nous donne toujours des contre-exemples », se lamente Nicolas Portal.

« Pour être objectif, il faut du temps »

Jonathan Vaughters, qui a déclaré en août 2012 s'être dopé durant sa carrière de coureur, a donné son sentiment sur le cas Froome. L’homme qui avait témoigné auprès de l’Agence antidopage américaine (Usada) contre Lance Armstrong, et qui est désormais à la tête de l’équipe Garmin, répond volontiers à nos questions. Sans enthousiasme, il dit : « Il faut accepter l’histoire du cyclisme et les questions que vous posez sont légitimes. Je comprends. Mais aujourd’hui, j’ai confiance car je suis à l’intérieur du système. » Jonathan Vaughters avait été coéquipier de Lance Armstrong entre 1998 et 1999. « Pour être objectif, il faut du temps », ajoute-t-il.

Il reste encore une semaine de course durant ce Tour de France 2013 et la polémique pourrait bien enfler si Christopher Froome continue sa démonstration dans les Alpes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail