Football / Coupe du monde 2014

Mondial 2014: l'équipe de France s’envole pour le Brésil

Karim Benzema (au premier plan) et Blaise Matuidi exultent après le but de l'attaquant de l'équipe de France.
Karim Benzema (au premier plan) et Blaise Matuidi exultent après le but de l'attaquant de l'équipe de France. REUTERS/Gonzalo Fuentes

L’équipe de France de football a arraché sa qualification pour la Coupe du monde 2014 au Brésil, ce 19 novembre 2013 à Saint-Denis, au Stade de France, au terme d’un match de référence. Battus 2-0 à l’aller par l’Ukraine, les Bleus ont réussi à renverser la tendance en barrage retour des éliminatoires, avec une victoire 3-0.

Publicité

L’équipe de France de football disputera sa quatorzième phase finale de Mondial, au Brésil (12 juin-13 juillet 2014). Qui l’eût cru ? Sans doute peu de monde, si l’on excepte les joueurs, l’encadrement des Bleus et leurs rares (vrais) supporters.

Malmenés par l’Ukraine en match de barrage aller (défaite 2-0) des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, les Français ont pourtant inversé la tendance au Stade de France, ce 19 novembre 2013, dans un rare moment de révolte.

Karim Benzema relance l’équipe de France

Les Bleus attaquent ce match pied au plancher. Dès la 3e minute, le milieu de terrain Mathieu Valbuena force Andriy Pyatov, le gardien de but adverse, à faire une parade. Dans la foulée, Valbuena tire un corner puis un coup franc, mais Paul Pogba (8e), puis Karim Benzema (10e) ne cadrent pas leurs coups de tête.

Les Ukrainiens multiplient les fautes pour casser l’élan français. Une stratégie qui finit par se retourner contre eux. Suite à un énième coup franc concédé par l’Ukraine, Valbuena expédie le ballon dans la surface de réparation. Celui-ci revient vers Franck Ribéry qui frappe en force. Pyatov freine la course de la balle, mais le défenseur Mamadou Sakho jaillit et ouvre le score de près : 1-0, 23e.

A la demi-heure de jeu, Karim Benzema pense brièvement avoir doublé la mise. L’attaquant a poussé le ballon du fond des filets avec sa poitrine. Mais le trio d’arbitres signale un hors-jeu peu évident sur le centre de Franck Ribéry (30e). Ce n’est que partie remise. A la 34e minute, un tir dévié signé Yohan Cabaye permet à l’attaquant (hors-jeu cette fois) de se présenter seul devant Pyatov. Benzema marque du plat du pied et le public du Stade de France exulte : 2-0.

Un Mamadou Sakho omniprésent

Le calvaire des Ukrainiens se poursuit après la pause. A la 47e minute, Yevgeni Kacheridi est exclu pour un second avertissement. Passé un moment de flottement et un tir dangereux d’Andriy Yarmolenko (49e), les Français repartent à l’assaut de la cage ukrainienne. Cabaye (54e), Benzema (58e), Ribéry (64e), Mathieu Debuchy (66e) ne cadrent pas.

Cabaye trouve ensuite les gants de Pyatov (71e). La pression monte et, sur un nouveau ballon dévié, Mamadou Sakho, qui est encore aux avant-postes, est à la lutte avec Gusev et inscrit le but qui envoie virtuellement la France au Mondial : 3-0, 72e. Explosion de joie à Saint-Denis (le but, attribué par la FIFA à Gusev, sera ensuite donné à Sakho, Ndlr).

Le public entonne « et 1, et 2, et 3-0 », le célèbre chant de la victoire française lors de la Coupe du monde 1998. La France n’est pas championne du monde ce soir. Mais elle a gagné le droit de participer au prochain Mondial au Brésil. Et c’est déjà un exploit par les temps qui courent.

Cristiano Ronaldo ira au Brésil, Zlatan Ibrahimovic restera à la maison

Le Portugal s'est qualifié pour le Mondial-2014 grâce à un triplé de Cristiano Ronaldo, et à une belle victoire contre Suède (3-2), mardi à Solna en Suède. Il fallait un vaincu entre la star du Real Madrid et celle du Paris SG, Zlatan Ibrahimovic, et c'est Ronaldo qui a remporté le duel sans contestation. Sur trois ballons, la star portugaise s’est lancée à pleine vitesse et ses trois tirs ont été imparables (50e, 77e, 79e). Ronaldo en a profité pour égaler le record de buts en sélection de Pauleta.

La Croatie en toute logique

Après le 0-0 à l'aller chez eux, les modestes Islandais rêvaient tout haut au Mondial 2014 au Brésil. L'Islande aurait pu devenir le plus petit pays à participer à une Coupe du monde. Mais le match retour à Zagreb de Modric et sa bande a été fatal aux Nordiques (2-0). Mandzukic et Srna se sont chargés de mettre fin au suspense. C'est la 4e participation à une Coupe du monde pour la Croatie après les éditions 1998, 2002 et 2006. « Nous sommes très heureux de cette qualification. Nous l'avons entièrement méritée. Je félicite l'Islande, mais aussi notre équipe pour une extraordinaire prestation», s’est félicité Luka Modric, le milieu de terrain croate.

La Grèce est aussi au rendez-vous

Comme Giorgos Karagounis, 36 ans, survivant du titre de champion d'Europe en 2004, la Grèce semble increvable. Le pays avait bien entamé le travail à l'aller avec un succès 3 à 1 à Athènes contre la Roumanie. Les Grecs se sont montrés sérieux au retour à Bucarest avec un nul (1-1) qui leur assure une troisième participation à une Coupe du monde dans leur histoire après 1994 et 2010.

Le match retour en images

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail