Accéder au contenu principal
JO Sotchi

Sotchi 2014: Evgueni Plushenko, tsar à domicile

Vladimir Poutine et Evgueni Plushenko après avoir remporté la médaille d'or par équipe dimanche 9 février 2014.
Vladimir Poutine et Evgueni Plushenko après avoir remporté la médaille d'or par équipe dimanche 9 février 2014. REUTERS/Lucy Nicholson
4 mn

Le public féminin l’adore, la Russie attend encore beaucoup de lui. Evgueni Plushenko entre en lice pour un cinquième titre olympique. Jeudi 13 février, il donnera la tendance avec son programme court pour un podium qui sera établi vendredi après le programme libre. Malgré un dos fragile et douze opérations, Plushenko court toujours après les records.

Publicité

À 31 ans, Evgueni Plushenko sera porté par un public déjà conquis d’avance qui risque bien d’enflammer la patinoire de Sotchi. S’il parait impossible que le triple champion du monde obtienne la médaille d’or, une médaille de bronze suffira. Il deviendrait alors le patineur le plus médaillé des Jeux olympiques avec 5 breloques. Il faut avouer que face au Canadien Patrick Chan, triple champion du monde, Evgueni Plushenko a du pain sur la planche.

Les gradins tremblent quand il est sur la glace

Dimanche dernier, sous les yeux de Vladimir Poutine, la Russie a décroché son premier titre des Jeux olympiques de Sotchi avec la nouvelle épreuve par équipes de patinage artistique. Evgeny Plushenko y glane au passage sa 4e médaille olympique. Cette médaille a permis à l'idole de tout un pays, de devenir le deuxième patineur de l'histoire à détenir quatre médailles olympiques (or en 2006 et 2014, argent en 2002 et 2010).

Avant lui, seul le Suédois Gillis Grafstroem, avait réalisé l'exploit avec trois médailles d'or (1920, 1924, 1928) et une en argent (1932), toutes en individuel. « C'est la première médaille de la Russie sur ces Jeux, s'est-il réjoui. J'adore être le premier et j'adorerais avoir encore plus de médailles. J'ai patiné pour tous ceux que j'aime, ma femme, mes fils, mon entraîneur ». Quand le patineur russe sort sur la glace, les gradins se mettent systématiquement à trembler.

Effacer Vancouver

Evgeny Plushenko n’a effectué qu’une compétition mineure à Riga cet hiver et aucune autre depuis janvier dernier. Opéré du dos l’an dernier, il passe beaucoup de temps chez le médecin pour soulager ses douleurs. Ce qui n’a pas empêché Evgeny Plushenko d’annoncer fièrement que l’on pouvait compter sur pour le programme court. « Je vais essayer de faire deux quads. Et j'ai dans ma poche une combinaison triple axel-triple flip [saut piqué] que personne au monde n'a jamais fait », a annoncé celui qui compte bien épater la galerie encore une fois.

Evgeni Plushenko s’est offert son premier titre olympique à Turin en 2006. Mais c’est en 2002 qu’il se révèle au grand public en prenant la médaille d’argent derrière son compatriote Alexeï Iagoudine. En 2010 à Vancouver, Plushenko n’arrive pas à conserver son titre et prend la deuxième place derrière Evan Lysacek. Une désillusion qu’il a encore du mal à digérer. Outre l'intérêt national, son faux revirement s'explique aussi par sa deuxième place à Vancouver, en 2010, qu'il n'a jamais digérée. Champion olympique en titre, il est battu par l'Américain Evan Lysacek.

«Je cours toujours après les records », explique Plushenko. Pour le moment, aucun patineur n'a été deux fois sacré en individuel depuis l'Américain Dick Button, en 1952. Le tsar va-t-il encore frapper ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.