Accéder au contenu principal

Patinage artistique: Brian Joubert met fin à sa carrière à Sotchi

Le triple champion d'Europe et champion du monde 2007 Brian Joubert, à Sotchi, ce vendredi 14 février.
Le triple champion d'Europe et champion du monde 2007 Brian Joubert, à Sotchi, ce vendredi 14 février. REUTERS/Lucy Nicholson
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Mauvaise pioche ce vendredi pour les Bleus aux JO de Sotchi. Alexis Pinturault a accroché l'un des piquets de l'épreuve de slalom et n'a pas fini la course. Et Florent Amodio ne devrait pas réussir à atteindre le Top 15 en patinage artistique, après une mauvaise performance lors de son programme libre. Quant à Brian Joubert, il achève sa carrière sur une 13e place toujours en patinage artistique. Le triple champion d'Europe et champion du monde 2007 n'aura pas réussi à accrocher un podium olympique.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Sotchi, Christophe Diremszian

Sur la musique du « Concerto d’Aranjuez » de Joaquin Rodrigo, Brian Joubert a fait ses adieux à la compétition après douze années récompensées par 16 médailles internationales. Il ne lui aura manqué qu’un podium olympique.

Des Jeux avec lesquels il aura eu une histoire compliquée. Médaillé de bronze européen en 2002, à 17 ans, le natif de Poitiers a logiquement fait ses gammes à Salt Lake City, finissant 14e. La 6e place de Turin restera un éternel regret pour le patineur, alors champion d’Europe 2004 et candidat sérieux à une médaille. La faute notamment à la pression du résultat et des changements techniques tardifs dans un programme libre ambitieux, mais mal maîtrisé.

La revanche attendue en 2010 à Vancouver s’est transformée en calvaire : blessé au pied deux mois auparavant, il finit l’épreuve à la 16e place. Le public aura surtout retenu de cet échec le juron lâché dans la zone d’attente des notes de son programme court, des mots crus pour se libérer de son impuissance.

S’il a souvent su rebondir au lendemain de déceptions, Brian Joubert a souvent eu du mal à se défaire de la pression des plus grands rendez-vous. Mais à Sotchi, il s’est enfin fait plaisir en passant deux difficultés majeures, deux quadruples sauts. Désormais, il compte devenir entraîneur et transmettre aux plus jeunes une belle image des Jeux, débarrassé de cette malédiction qui lui aura toujours collé à la peau.

« Je me suis battu comme un lion »

Brian Joubert

Brian Joubert ne veut pas retenir l'échec de Sotchi. C'est plutôt une belle sortie pour lui, sans regret : « Physiquement bien sûr, c’était très difficile, mais quand je suis rentré sur piste, je ne voulais qu’une seule chose, profiter de ce dernier programme, profiter de ces derniers instants et tout donner. Et franchement, je suis très fier de moi, parce que ça me tenait vraiment à cœur de faire deux quadruples sauts, je les ai faits ce soir, le deuxième était fantastique. »

Et le patineur français poursuit : « Je voulais vraiment me prouver qu’à 29 ans, je pouvais encore faire de bonnes choses. Je l’ai payé en fin de programme. Je n'avais plus de jambes, je n'avais plus rien, mais je me suis battu comme un lion et je suis content de terminer sur une telle compétition. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.