Rugby

Tournoi des Six nations: le XV de France s’incline face à l’Irlande

Andrew Trimble, auteur d'un essai pour le XV du Trèfle au Stade de France, le 15 mars 2014.
Andrew Trimble, auteur d'un essai pour le XV du Trèfle au Stade de France, le 15 mars 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le XV de France a été battu par l’Irlande ce samedi 15 mars pour la dernière journée du Tournoi des Six nations. Les Bleus ont dû s’incliner face à des Irlandais plus réalistes (22-20). Comme en 2000, le XV du Trèfle s’offre le Tournoi des Six nations au Stade de France. Les Bleus se classent à la quatrième place du Tournoi. 

Publicité

Depuis le Stade de France,

Le miracle n’a pas eu lieu. Alors que l’Angleterre avait littéralement écrasé l’Italie en début d’après-midi à Rome (52-11), il fallait une très large victoire aux Français face à l’Irlande pour espérer remporter l’édition 2014.

Mais marquer 71 points d'écart pour obtenir le titre, face à la meilleure défense du Tournoi, relevait de la gageure après cette prestation des Bleus à domicile. Le plus large succès des Français face à l'Irlande était de 39 points en 2002 (44-5).

Comme en 2000 pour les Irlandais

Même si les Irlandais n’ont battu qu’une seule fois les Français lors de ces 40 dernières années, les Bleus sont apparus aujourd’hui moins en place, moins tranchants et moins disciplinés. Notamment Thomas Domingo, sorti en seconde période.

Comme en 2000, le XV du Trèfle s’offre le titre au Stade de France. A l’époque, il y a avait déjà un certain Brian O'Driscoll qui avait démontré toute l'étendue de son talent en inscrivant trois essais. Quatorze années plus tard, il termine en beauté une carrière internationale à l'issue de sa 141e sélection, un record mondial.

Aujourd’hui, Brian O'Driscoll peut remercier Jonathan Sexton, auteur de deux essais (21e et 46e), même s’il a raté une transformation et une pénalité en première période. Il doit aussi saluer Andrew Trimble, qui a inscrit le deuxième essai irlandais (25e) en prenant de vitesse la défense française et applatit le ballon entre les perches.

Le Stade de France retient son souffle

Du côté du XV de France, quelques minutes avant la pause, Brice Dulin permet aux Bleus de virer en tête avant le retour aux vestiaires. L’essai est transformé par Maxime Machenaud (13-12). Après avoir été souvent bousculé depuis le début de la seconde période, les hommes de Philipe Saint-André retrouvent un nouveau souffle. Dimitri Szarzewski ramasse et applatit un ballon proche du poteau alors que Vincent Debaty et Louis Picamoles tentaient de marquer l'essai en force (63e).

Il faut tout de même souligner le bon match de Mathieu Bastareaud et les inspirations de Maxime Machenaud, sorti en seconde période à cause de crampes. On aurait pu espérer la même fin heureuse que lors du premier match d'ouverture face aux Anglais, quand Gaël Fickou avait applati le ballon juste avant le coup de sifflet final.

Ce soir, le Stade de France a retenu son souffle un instant, le temps de l’arbitrage vidéo, après un essai non accordé du Français Damien Chouly, à deux minutes de la fin de la rencontre.

Au final, c’est une équipe d’Irlande plus réaliste et beaucoup moins brouillonne qui remporte sur le fil cette rencontre et s’empare par la même occasion du Tournoi.


La réaction de Philippe Saint-André, le sélectionneur du XV de France
« Il y avait de l’envie et de la solidarité. Le très haut niveau est cruel et il faut féliciter les Irlandais et Brian O'Driscoll. Nous avons une équipe jeune, qui travaille beaucoup. On aurait aimé une quatrième victoire mais c’est mieux que l’année dernière (la France avait hérité de la Cuillère de bois, ndlr). J’ai la conviction que nous pouvons gagner la Coupe du monde l’an prochain, car ce groupe fonctionne bien. »

« Nous avons tout pour le faire. C’est peut-être un manque de confiance. On a osé jouer au rugby et on s’est fait plaisir. C’est une défaite constructive et évidemment on aurait préféré gagner. On est en train de s’adapter », a de son côté expliqué Pascal Papé, le capitaine du XV de France.

Propos recueillis par Farid Achache

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail