Ligue des champions: Van Persie qualifie Manchester United

Robin Van Persie exulte après un but dans les bras de son coéquipier Wayne Rooney.
Robin Van Persie exulte après un but dans les bras de son coéquipier Wayne Rooney. REUTERS/Phil Noble

Manchester United s'est largement imposé face à l'Olympiakos Le Pirée (3-0) en 8e de finale retour de la Ligue des Champions, ce mercredi 19 mars. Défaits à l'aller 2-0, les Red Devils ont rattrapé leur retard grâce à un triplé de Robin Van Persie et se qualifient pour les quarts de finale de la compétition.

Publicité

La terrible déconvenue infligée par Liverpool en championnat le week-end dernier (défaite 3-0) est loin derrière. Ce mardi 18 mars, Old Trafford, l’enceinte de Manchester United, est redevenu le « Théâtre des Rêves ». La large victoire des Red Devils contre les Grecs de L’Olympiakos Le Pirée (3-0), après leur camouflet du match aller (0-2), les a non seulement réconciliés avec leur public mais surtout permis d’atteindre les quarts de finale de la Ligue des champions, l’unique défi qu’il leur reste cette saison. Un véritable exploit au regard de la performance qui les attendait. Car, pour mémoire, depuis 1992/1993 (date de l'instauration de la Ligue des champions), seul le FC Barcelone était parvenu à remonter un tel écart. C'était la saison dernière face au Milan AC (0-2, 4-0).

Sous le feu des critiques depuis quelques semaines, la paire Rooney-Van Persie a fait des étincelles sur le front de l’attaque : l’Anglais s’est battu sur tous les ballons, s’est créé plusieurs occasions et a offert une passe décisive à son compère néerlandais qui, en totale réussite, s’est offert un triplé : sur penalty à la suite d’une charge dans le dos sur sa personne de Holebas (25e) ; d’une reprise du plat du pied gauche après un centre au cordeau de Rooney côté droit (45e) ; enfin, sur coup franc où le Batave a fait parler sa patte gauche pour tromper la vigilance de Roberto, visiblement masqué par son mur (52e).

Les grecs ont eu leur chance

Face à un tel scénario, l’Olympiakos, tout juste auréolé de son 41e titre de champion de Grèce, n’avait besoin que d’un but pour valider son ticket pour les quarts. Un but que les joueurs du coach espagnol Michel ont failli inscrire à de multiples reprises, notamment en première mi-temps. Mais la maladresse de Hernan Perez qui dévisse complètement sa frappe (15e) et la double parade du portier mancunien David de Gea sur une tête de David Fuster et un tir à bout portant d’Alejandro Dominguez (40e) en ont décidé autrement.

La deuxième période est animée et les Grecs, bien que sous la menace d’un quatrième but, jettent toutes leurs armes dans la bataille. Nelson Valdez et Paulo Machado, deux joueurs à vocation offensive, rentrent en jeu pour créer le danger devant le but mais la défense des champions d’Angleterre tient bon, à l’image d’un Rio Ferdinand des grands soirs.

Net et sans bavure, le succès de Manchester United ne souffre d’aucune contestation et offre des lendemains qui chantent à une équipe qui était en proie aux doutes depuis plusieurs mois.


Dans l'autre match de la soirée, le Borussia Dortmund s'est incliné à domicile face au Zénith Saint-Pétersbourg (2-1). Si cette défaite est sans conséquence pour les vice-champions d'Europe - ils s'étaient imposés au match aller 4-2 -, ils peuvent néanmoins remercier leur gardien de but qui s'est souvent montré décisif. Les buts sont signés Sébastian Kehl côté allemand, Hulk et Rondon côté russe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail