Sport/Société

Le sport au service de la paix

Partout dans le monde, le sport peut être un vecteur de paix et d'éducation.
Partout dans le monde, le sport peut être un vecteur de paix et d'éducation. AFP PHOTO / Monirul Bhuiyan

Le 6 avril a lieu la première Journée internationale du sport au service du développement et de la paix. Désormais, chaque année, l'opération sera programmée à la même date. Le Comité international olympique et les Nations unies sont à l’initiative de cet évènement. Le Français Tony Estanguet nous a confié son sentiment en tant que membre du CIO et participant.

Publicité

Dimanche 6 avril 2014, le monde entier célébrera la première Journée internationale pour le développement et la paix. Cette journée est relayée par l’association Peace and Sport, créée en 2007 par le médaillé olympique et champion du monde de pentathlon moderne Joël Bouzou, actuel Président de l’organisation. Pour exemple, Peace and Sport travaille actuellement à l’intégration sociale de jeunes issus de zones défavorisées en Colombie. L’organisation est basée à Monaco.

« C’est encourageant de voir attribuer au sport une journée mondiale par l’ONU »

Sur le site april6.org, toutes les actions qui auront lieu dimanche seront relayées, environ 170, dans une cinquantaine de pays. « Cet évènement nous a été présenté au sein de la commission d’athlètes du Comité international olympique et c’était l’opportunité de travailler avec l’ONU. C’est encourageant de voir attribuer au sport une journée mondiale par l’ONU », nous confie le Français Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë.

« En France, cela ne va pas révolutionner mais c’est important. C’est une promotion de la paix à l’échelle universelle et nous sommes heureux de relayer cette opération. C’est un bon début et un signal fort. Le sport est solidaire des pays qui souffrent », explique Tony Estanguet.

Tout le monde peut participer !

Il participe aussi à l’opération digitale #CartonBlanc. Le principe de #CartonBlanc est de prendre une photo de soi-même, seul ou en groupe, brandissant un carton blanc, symbole de la paix par le sport, et poster ces clichés sur Facebook, Twitter et autres plateformes avec les hashtags #PlayYourPeaceonApril6 #IDSDP et mention de @peaceandsport. Sergueï Bubka, Paula Radcliffe, Yelena Isinbayeva, Tatiana Golovin ou encore Serge Betsen y ont déjà participé.

Tous ces athlètes ont en commun des actions en faveur des populations en difficultés. Au Cameroun, son pays natal, Serge Betsen a créé la « Serge Betsen Academy », une structure conçue pour initier les jeunes défavorisés à la pratique du rugby.

« Le sport est utile pour nos sociétés »

« Pour le moment nous sommes plus sur l’information c’est un signal qui doit lancer un mouvement », avance Tony Estanguet. Mais selon lui, « le sport est utile pour nos sociétés. Il véhicule des valeurs pour la paix, pour l’éducation et pour les enfants ». En tout, ils sont environ soixante-dix champions de la paix au niveau international.

Pour Joël Bouzou, le président de Peace and Sport, cette journée du 6 avril doit rassembler le plus grand nombre. « Elle est un hommage au travail fantastique des hommes et des femmes qui œuvrent pour réunir les communautés divisées grâce au sport, parfois dans des zones dévastées », lance-t-il.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail