Basket-Ball

Nicolas Batum, nouveau patron des Bleus

Nicolas Batum.
Nicolas Batum. Mandatory Credit: Gary A. Vasquez-USA TODAY Sports
4 mn

Amputée de son leader Tony Parker et de son pivot Alexis Ajinça, forfaits pour la Coupe du monde en Espagne (30 août - 4 septembre), l'équipe de France de basket, championne d'Europe en titre, a entamé lundi 21 juillet sa préparation en continuant de jongler avec les absences. Nicolas Batum aura la responsabilité de porter l’équipe.

Publicité

« Si on veut faire quelque chose de bien, je dois être présent, surtout avec l’absence de Tony Parker », balance tout de go Nicolas Batum. À 25 ans, le joueur de NBA va prendre ses responsabilités dans un tournoi où la France va devoir tenir son rang de championne d’Europe. Avec Boris Diaw, Nicolas Batum sera le chef de file des 16 tricolores réunis à partir de lundi pour le stage de préparation de l'équipe de France de basket-ball avant la Coupe du monde en Espagne.

« Je suis content d’être là. J’ai besoin de retrouver le terrain et l’équipe de France. Ça fait dix ans que je suis avec les Bleus. » Avec la France, Nicolas Batum a glané cinq médailles en dix années. Pourtant, le joueur de Portland avait hésité avant de dire oui pour cette nouvelle campagne. « J'ai eu une discussion avec ma mère qui m'a fait comprendre que c'était mieux pour moi de venir ici. Et c'est vrai. À ce moment-là, j'étais en pleine réflexion, un peu fatigué, lassé », raconte en riant Batum. « Mais je n'aurais pas supporté de m'entraîner de mon côté en sachant qu'eux étaient ici. Cela aurait été dur. Je ne l'aurais pas accepté à la longue. »

« Je vais rester moi-même et ne pas me prendre la tête »

Avec l’absence de Tony Parker, Nicolas Batum va devoir partager les responsabilités. Qui seront les nouveaux patrons ? « Ce sera Flo (Pietrus), Boris (Diaw) et moi. Nous sommes les cadres les plus capés, avec Nando (De Colo) également », indique Batum. « On a fait du chemin. Ce n'est pas un joueur qui devra remplacer Tony, mais tout un groupe. On parle quand même de l'un des meilleurs joueurs du monde, le meilleur joueur de l'histoire du basket français. Il a son leadership, une aura, une présence qui font que ce n'est pas facile de le remplacer, mais on devra le faire. »

Mais sans forcément changer son comportement. « Je vais rester moi-même et ne pas me prendre la tête en me disant : "Il faut que je mette vingt points par match parce que Tony n'est pas là." Non, ce n'est pas mon jeu. J'ai passé un cap cette année à Portland où j'ai eu beaucoup plus de temps de jeu, de ballons et de responsabilités qu'avant. Je pense que c'est ce qui va aussi se passer en équipe de France. » Batum fait partie des joueurs qui progressent en NBA. Avec Portland, il a joué 82 matches avec une moyenne de 13 points. « Je vais essayer de rester relax et de faire ce que j'ai à faire », temporise Batum.

Vincent Collet : « Il ne faut pas qu'il fasse autre chose que du Nicolas Batum »

Concernant les objectifs pour ce Mondial, Nicolas Batum vise les quarts de finale. « Après on verra », ajoute-t-il sans oublier de placer l'Espagne et les États-Unis comme favoris. « Il y a aussi le Brésil, qui a une équipe très forte, la Lituanie. » « J'attends que Nicolas soit le meilleur possible, mais surtout qu'il reste lui-même, affirme Vincent Collet, le sélectionneur. Il a les capacités pour être un joueur dominant sans sortir de son registre de basketteur. Le danger qui le guette justement c'est par rapport aux attentes suscitées. Il ne faut pas qu'il fasse autre chose que du Nicolas Batum. Il doit guider l'équipe à sa façon. »

Avec l’Espagne, la Serbie et le Brésil, la France est dans une poule très relevée. « On va essayer d'en sortir avec une très bonne place. C'est bien d'avoir un groupe comme celui-là. Cela nous permettra de nous mettre vite dans le bain, d'être concentrés tout de suite », confie Nicolas Batum.

Propos recueillis par Farid Achache

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail