Cyclisme / Tour d'Espagne

Grâce à Navarro, Cofidis renoue avec la victoire sur la Vuelta

Daniel Navarro, vainqueur de la 13e étape de la Vuelta 2014.
Daniel Navarro, vainqueur de la 13e étape de la Vuelta 2014. FP PHOTO / JAIME REINA

La 13e étape de la Vuelta, qui n’a pas bouleversé un classement général où Alberto Contador est toujours en rouge, a souri à l’équipe française Cofidis. Son grimpeur Daniel Navarro s’est imposé en attaquant dans la dernière difficulté du jour.

Publicité

Cela faisait trois ans que l’équipe Cofidis – qui en 17 participations a enlevé 13 bouquets – n’avait plus triomphé sur le Tour d’Espagne. Autant dire qu’à part ses coureurs et ses cadres, il y avait peu de personnes pour croire dans les chances de victoire de l’équipe française dans la 13e étape de la Vuelta, courue sur 188,7 km entre Belorado et Obregon, sur un parcours de moyenne montagne très exigeant.

Classement de la 13e étape :

1. Daniel Navarro (ESP/COF) les 188,7 km en 4h21:04 ; 2. Daniel Moreno (ESP/KAT) à 0:02 ; 3. Wilco Kelderman (HOL/BKN) à 0:02 ; 4. Alejandro Valverde (ESP/MOV) à 0:05 ; 5. Nacer Bouhanni (FRA/FDJ) à 0:05.
 

Après que les derniers rescapés de l’échapée du jour eurent été repris à 8 kilomètres de la ligne, on attendait une arrivée au sprint. Et les équipiers de Nacer Bouhanni, sprinteur de la FDJ, avaient travaillé pour rendre possible une victoire de leur champion. C’était sans compter sur un final pour le moins brutal. Les deux dernières bornes avaient en effet des allures de classique ardennaise, avec des rampes raides comme un panneau « sens interdit » planté sur une route.

Final pour costauds

Dans ce final pour costauds, Gianluca Brambilla (Omega) fut le premier à tenter sa chance. Et presque le dernier tant les pourcentages asphyxiaient un peloton très réduit. Novice sur la Vuelta, l’Italien s’est avéré un peu court quand Daniel Navarro (Cofidis) a contré. Réagissant rapidement à l’attaque de Brambilla, l’ex-équipier de Contador chez Astana puis Saxo, s’est dressé sur étriers et s’est secoué autant que la pente le lui permettait.

Classement général après 13 étapes :

1. Alberto Contador (ESP/TIN) 48h59:23 ; 2. Alejandro Valverde (ESP/MOV) à 0:20 ; 3. Rigoberto Uran (COL/OPQ) à 1:08 ; 4. Chris Froome (GBR/SKY) à 1:20 ; 5. Joaquim Rodriguez (ESP/KAT) à 1:35.

Plus bas, on n’en menait pas large. Si Rodriguez puis Froome ont tenté de contrer à leur tour, on s’est rapidement rendu compte chez les cadors, une fois la flamme rouge passée 7’’ après Navarro, que le grimpeur de Cofidis était intouchable. « C’est ma plus grande victoire professionnelle, un jour fou avec cette grande difficulté en fin d’étape », s’est réjoui l’Espagnol, 12e au général. « Quand j’ai vu la FDJ rouler, j’ai senti que notre petit groupe allait revenir sur les échappés », a-t-il ajouté. Il n’en fallait pas plus pour lui donner des idées… lesquelles étaient largement partagées par son directeur sportif. « Dès que Navarro a pris 7’’ d’avance, on savait que ça devait le faire. Notre objectif sur cette Vuelta était une victoire d’étape. Les opportunités, il n’y en a pas beaucoup… mais pourquoi pas une autre victoire ? », a commenté Stéphane Augé, le directeur sportif de Cofidis.

« On est content pour lui. Il n’a pas eu trop de réussite cette saison, nous confie par téléphone Yvon Sanquer, le manager de l’équipe Cofidis. Il a abandonné sur le Tour de France alors qu’il avait beaucoup travaillé avant. Avec cette victoire, il concrétise. Il a tenté sa chance et cela rappelle son succès de l’an dernier au Tour de Murcie lorsqu’il bat Alejandro Valverde. »

Réponse dès ce samedi dans la 14e étape, une des plus dures de ce Tour d’Espagne 2014 avec une arrivée au sommet où, là encore, seuls les costauds auront leur mot à dire.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail