Accéder au contenu principal
Cyclisme / Championnats du Monde

Sylvain Chavanel: «le Mondial, c’est mon objectif»

Sylvain Chavanel lors du Tour de France 2014.
Sylvain Chavanel lors du Tour de France 2014. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
3 mn

Avec dix sélections sur route et cinq pour le contre-la-montre individuel, Sylvain Chavanel est le coureur le plus expérimenté de l’équipe de France qui aborde les Mondiaux de cyclisme 2014 à Ponferrada en Espagne, du 21 au 28 septembre. Coureur offensif, toujours porté vers l’avant, Sylvain Chavanel sera à 35 ans un capitaine de route pour la jeune génération, mais il aura aussi la possibilité de jouer sa carte personnelle. Le spécialiste des classiques flamandes répond à nos questions.

Publicité

RFI : Vous abordez votre 11e sélection sur route et votre 6e sur le contre-la-montre. Finalement, le temps a passé très vite ?

Sylvain Chavanel : C’est vrai, le temps passe vite. Voilà quelques années que je participe aux Mondiaux. J’ai connu des sélections à 6 coureurs, à 9 coureurs et même un peu moins. Mon premier championnat du monde, c’était à Lisbonne et c’est Oscar Freire qui avait gagné. Ce qui m’avait marqué, c’était de courir avec le maillot de l’équipe de France. Ce n’est pas du tout les mêmes repères en course et ça fait toujours bizarre. On est habitué à courir avec nos équipes de marque toute la saison et les Mondiaux, c’est la seule course où l'on se retrouve entre coureurs français. Et en plus c’est un circuit, ce qui est rare. C’est une course à part.

Avec Jean-Christophe Péraud, vous serez les seuls trentenaires d’un groupe extrêmement rajeuni. Est-ce que votre rôle sera plus celui d’un grand-frère sur ce championnat du monde ?

Oui, je vois qu’avec Jean-Christophe, on fait monter la moyenne d’âge (rire). C’est vrai que cette fois, l’équipe est basée sur la jeunesse et nous, nous allons apporter notre expérience.

Vous avez fait une très belle fin de saison avec notamment une victoire dans le Grand-Prix de Plouay, comment allez-vous  gérer cela ? Allez-vous tout de même tenter de jouer votre carte personnelle en plus du rôle de capitaine de route ?

Le Tour de France a été difficile pour moi, j’ai tapé dans mes réserves. Juste après, je suis allé en altitude dans les Pyrénées pour me refaire une santé. Je suis revenu au Tour du Limousin (du 19 au 22 août 2014). Et depuis, je sens que je suis bien. Le Tour de Grande-Bretagne qui s’est bien déroulé, sans stress, avec des étapes longues, m’a permis de parfaire ma condition (du 7 au 14 septembre ). C’était une préparation sereine avant le Mondial. Je fais partie des coureurs cités pour le titre et je ne peux pas le cacher. Cette année, le Mondial, c’est mon objectif. Dans cette sélection, nous avons tous du caractère, nous sommes tous des champions, et nous avons tous envie de bien faire. Mais nous devons être honnêtes avec nous-mêmes. Si les sensations ne sont pas superbes, il ne faudra avoir aucune hésitation à rouler pour un autre. Et si les sensations sont bonnes, on joue notre carte aussi. Mais l’équipe de France, c’est avant tout le collectif.

En plus de la course sur route, vous allez aussi participer au contre-la-montre individuel qui est un effort très intense. Comment concilier les deux ?

C’est vrai, ce sont deux disciplines différentes. Un chrono, c’est très intense et il faut bien gérer la récupération, car le championnat sur route, c’est quand même six heures de vélo. Ce n’est pas évident de préparer les deux, mais comme je suis le spécialiste en France (six titres de champions de France), je me dois d’être au départ des Mondiaux. Je ne vais pas faire de grand discours. C’est un effort solitaire et je vais faire du mieux possible.

Vous avez déjà couru avec un maillot distinctif, celui de Champion de France. Un maillot de champion du monde sur le dos, qu’est-ce que ça change dans une carrière ?

Je ne sais pas, je n’ai pas encore eu la chance de le porter ! Mais j’ai côtoyé des anciens champions du monde et c’est certain que cela change une carrière. Si je deviens champion du monde, cela changera la mienne aussi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.