Des Jeux asiatiques mouvementés: retour sur une série de couacs

La boxeuse indienne Sarita Devi en larmes malgré sa médaille de bronze obtenue lors des Jeux asiatiques et en colère contre les juges
La boxeuse indienne Sarita Devi en larmes malgré sa médaille de bronze obtenue lors des Jeux asiatiques et en colère contre les juges REUTERS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dopage, polémiques, et même un incident diplomatique : les Jeux asiatiques, organisés à Incheon en Corée du Sud, se sont achevés samedi 4 octobre, après une quinzaine mouvementée.

Publicité

On pourrait retenir quelques chiffres : 343 médailles pour la Chine, dont 151 en or, 234 pour la Corée du Sud, à domicile, ou encore, 199 breloques pour le Japon. Voici le podium de ces 17èmes Jeux asiatiques qui viennent de s’achever ce samedi. Des Jeux essentiellement marqués par de nombreux scandales et polémiques. Tout avait démarré au départ de cette quinzaine, avec le départ de l’équipe féminine de basket du Qatar. La raison ? Les organisateurs exigeaient le retrait de leur hijab. Refus des intéressées et malgré les protestations, elles ont déclaré forfait pour l’ensemble de la compétition.

Six athlètes exclus pour dopage

A Incheon, ville organisatrice de ces Jeux, le dopage a une nouvelle fois fait parler de lui. Parmi les 9 500 athlètes issus de 45 pays, six ont été exclus après un contrôle positif. Couronnées respectivement au marteau et en wushu, un art martial chinois, la Chinoise Zhang Wenxiu - médaillée de bronze aux Mondiaux 2007 ainsi qu’aux JO 2008 - et la Malaisienne Tai Cheau Xuen, en wushu, un art martial chinois, ont été disqualifiées. Le Comité olympique d’Asie a également sanctionné un karatéka syrien, un haltérophile irakien, un footballeur tadjik et une joueuse de soft tennis cambodgienne.
Ce n’est pas tout. Problèmes de transport, manque d’eau chaude dans la piscine, stades vides, disparition de trois athlètes népalais du village des sportifs, partis vraisemblablement chercher du travail, selon la police locale : les organisateurs ont dû faire face à de nombreux soucis extra-sportifs, lorsque ce ne sont pas les principaux intéressés qui déclenchèrent la polémique. A l’image de Sun Yang, le nageur chinois, double champion olympique aux JO de Londres en 2012 (sur 400 m et 1500 m nage libre) qui a jugé « moche » l’hymne national japonais, créant un incident diplomatique, avant de présenter ses excuses deux jours plus tard.

La boxe encore décriée

Régulièrement décriée lors de chaque compétition mondiale, la boxe a une nouvelle fois été pointée du doigt lors de ces Jeux asiatiques. En cause ? Les arbitres, accusés de favoriser plusieurs combattants sud-coréens au détriment de leurs adversaires, pourtant plus offensifs sur le ring. L’Indienne Sarita Devi, très remontée, a même refusé de porter sa médaille de bronze. Pour protester contre la décision des juges, elle a l’a mise au cou de la médaillée d’argent sud-coréenne, qui l’avait battue en demi-finale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail