Accéder au contenu principal
Cyclisme

Astana dans la tourmente, Vicenzo Nibali dans le doute

Vicenzo Nibali au départ de la 16e étape à Carcassonne, le 22 juillet 2014.
Vicenzo Nibali au départ de la 16e étape à Carcassonne, le 22 juillet 2014. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

L’Union cycliste internationale (UCI) a publié jeudi 4 décembre la liste des équipes WorldTour pour la saison prochaine. La formation kazakhe Astana n'y figure pas pour le moment. Une décision sera prise dans les prochains jours. Un coup dur pour l’Italien Vincenzo Nibali, vainqueur du dernier Tour de France.

Publicité

Le vainqueur de la dernière Grande Boucle sera-t-il là pour défendre son titre en juillet 2015 ? Rien n’est moins sûr pour Vicenzo Nibali. Son équipe, Astana, est engluée dans des affaires de dopages. Et la commission des licences de l'UCI a décidé pour le moment de ne pas renouveler la licence de l'équipe kazakhe pour le WorldTour 2015. Tout est remis en question après les contrôles antidopage positifs (EPO) des deux frères Maxim et Valentin Iglinski durant l'été.

Nibali : « Je suis sûr que j'ai fait le bon choix »

De plus, vendredi dernier, l'équipe B d’Astana a été suspendue. La formation réserve d'Astana, classée à l'échelon continental (3e division), ne prendra part à aucune compétition et son manager Dmitri Sedoun a été limogé après un troisième cas de dopage dans ses rangs. Ces trois cas, même s'ils concernent une entité juridiquement différente de l'équipe première, compliquent un peu plus le renouvellement de la licence WorldTour (1re division) pour la formation-phare dirigée par Alexandre Vinokourov.

Vincenzo Nibali a pour le moment fait savoir qu’il comptait bien rester fidèle à sa formation. « Je suis sûr que j'ai fait le bon choix. Je suis sûr que l'équipe va recevoir sa licence mais si, pour une raison absurde, cela ne se produisait pas, je ne partirai pas même si j'aurais tous les droits de le faire », a récemment dit Nibali dans le journal italien La Gazzetta dello Sport. « Ce n'est pas seulement moi qui suis lié à cette équipe, c'est tout un cercle de personnes qui m'est proche. Où aller ? Astana a investi en nous et nous nous sentons bien ici. Je crois en eux et ils croient en moi », ajoute le Sicilien, qui a rejoint la formation kazakhe début 2013. L’UCI avait demandé le mois dernier à sa commission des licences « d'entreprendre une inspection complète de l'encadrement et de la politique antidopage » de l'équipe professionnelle.

Vincenzo Nibali, sera la tête d'affiche de la sixième édition du Tour d'Oman, du 17 au 22 février prochain. Mais qu’en sera-t-il si Astana n’obtient pas sa licence ? Sachant qu’il ne pourrait compter que sur des invitations pour participer aux grandes courses de la saison, Nibali pourrait certainement changer d’avis. Vainqueur de la Vuelta en 2010 et du Giro en 2013, Vincenzo Nibali a réalisé le triplé que peu de monde a réussi à faire jusqu’à présent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.