Accéder au contenu principal
FOOTBALL

Eric Abidal, une force tranquille se retire

Eric Abidal avec son dernier maillot, celui de l'Olympiakos où il a signé cet été avant d'annoncer sa retraite le 19 décembre 2014.
Eric Abidal avec son dernier maillot, celui de l'Olympiakos où il a signé cet été avant d'annoncer sa retraite le 19 décembre 2014. AFP PHOTO / ANGELOS TZORTZINIS
Texte par : Romain Schué
5 mn

A 35 ans, Eric Abidal vient d'annoncer sa retraite sportive. Après un dernier court passage en Grèce, le défenseur international français a vécu une incroyable carrière, marquée par une greffe de foie et un retour, improbable, au premier plan et chez les Bleus. Chapeau.

Publicité

La tête de Didier Deschamps, le 13 mai 2014, lors de l’annonce de la liste des 23 joueurs qu’il allait emmener au Brésil pour la Coupe du monde, résumait bien son dilemme et sa tristesse. « C’est un choix humainement difficile », expliquait simplement, le visage chagrin, le sélectionneur des Bleus en évoquant l’absence d’Eric Abidal, de retour en équipe de France quelques mois plus tôt.

Retour. Le mot clef justement pour évoquer la carrière du défenseur international aux 67 sélections. On pourrait également ajouter « succès ». Avec un palmarès incroyable (pêle-mêle : deux Ligues des champions en 2009 et 2011, trois championnats de France de 2005 à 2007, quatre championnats d'Espagne de 2009 à 2011 puis en 2012), Eric Abidal, qui n’a fréquenté aucun centre de formation, débutant chez les amateurs de Lyon-Duchère avant de fouler une première pelouse de D1 avec Monaco (face à Toulouse) le 16 septembre 2000, a soulevé quasiment chaque saison un ou plusieurs trophées depuis son arrivée à Lyon en 2004.

Avec Barcelone, Eric Abidal a remporté la Ligue des champions en 2009 et 2011.
Avec Barcelone, Eric Abidal a remporté la Ligue des champions en 2009 et 2011. AFP

Brillant avec l’OL, explosif avec le grand Barcelone dès son arrivée en Catalogne en 2007, il a réussi à s’imposer au sein de la – probablement – meilleure équipe de tous les temps, sa vitesse et ses qualités techniques lui permettant de se fondre à merveille en compagnie de stars locales. Pourtant, c’est une autre image qui marquera sa carrière. Celle de l’annonce, le 15 mars 2011, de sa tumeur au foie. Qui aurait pu l’imaginer, trois ans plus tard, au sortir d’un premier semestre formidable avec Monaco, postuler pour une troisième Coupe du monde ?

Malgré un traitement médical conséquent, il a retrouvé le haut-niveau

Moins de trois mois après l’ablation de sa tumeur, le défenseur retrouve le groupe et les terrains, sous les acclamations du Camp Nou. L’apothéose approche. Le 28 mai, après un succès face à Manchester United, ses coéquipiers le laissent soulever sa deuxième Ligue des champions avant de subir une greffe du foie moins d’un an plus tard, le privant de l’Euro 2012 et d’une grande partie de sa dernière saison en Espagne.

De retour à Monaco à l'été 2013, il a pu se frotter à Zlatan Ibrahimovic lors de ASM-PSG, le 9 février 2014.
De retour à Monaco à l'été 2013, il a pu se frotter à Zlatan Ibrahimovic lors de ASM-PSG, le 9 février 2014. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Car il allait revenir. Encore. La maladie terminée, à force d’abnégation, de courage et d’entraînement, Eric Abidal retrouve à nouveau les terrains, plus d’un an après sa dernière rencontre. Malgré un traitement médical conséquent et de nombreuses interrogations, la belle histoire continue du côté de la Principauté. Durant quelques mois, son niveau surprend. L’ASM d’Abidal, Falcao et Toulalan défie pleinement le PSG d’Ibrahimovic et Didier Deschamps ne reste pas insensible au parcours incroyable du défenseur français.

Malheureusement, sa titularisation des Bleus en Ukraine (0-2) lors du match aller du barrage qualificatif à la Coupe du monde 2014 allait couper court aux discussions. Ses difficultés, ensuite, en fin de saison avec son club n’arrangeaient rien. Mais à 35 ans (il les a fêtés le 11 septembre), Eric Abidal avait d’autres préoccupations, acceptant de nombreux séjours pour témoigner auprès de ceux qui vivent un combat comparable, tentant de redonner le moral et d'apporter son expérience à de nombreux malades. Après une ultime pige du côté de l’Olympiakos, Abidal a décidé de quitter la Grèce « raisons personnelles » et assure vouloir « se reposer ». Avant de signer probablement son retour à Barcelone au sein de l'encadrement du club. Un retour, un de plus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.