Wimbledon: Federer confiant, Djokovic se tient prêt

Roger Federer et Novak Djokovic, ici le 6 juillet 2014, à Wimbledon.
Roger Federer et Novak Djokovic, ici le 6 juillet 2014, à Wimbledon. AFP PHOTO / CARL COURT
Texte par : Nicholas Mc Anally
4 mn

Grands favoris du tournoi de Wimbledon, qui débute ce lundi 29 juin, Roger Federer et Novak Djokovic, finalistes de l'édition précédente, ne rêvent que d'une chose: soulever une nouvelle fois le trophée sur le prestigieux gazon londonien. Mais, de Rafael Nadal à Stanislas Wawrinka, en passant par Andy Murray ou Kei Nishikori, des nombreux prétendants se mettent en travers de leurs routes.

Publicité

« C'est probablement ma meilleure préparation pour Wimbledon ». A quelques encablures du début de Wimbledon 2015, Roger Federer semble plus déterminé que jamais à récupérer un titre qui lui échappe depuis 2012. « Je suis très satisfait de mon niveau actuel. Je bouge bien, c'est naturel sur gazon. C'est une force que je dois utiliser car ce sport est devenu un jeu de mouvement. »

Pour décrocher un huitième titre sur le gazon anglais, et ainsi établir un nouveau record, le Suisse aura néanmoins fort à faire. Sur sa route, se dressent potentiellement le Tchèque Tomas Berdych (n°6) en quart et le Britannique Andy Murray (n°3) en demie. Avant, sans doute, des retrouvailles avec Novak Djokovic, qui l'avait battu en finale l'année dernière.

Attention dangers

Mais le parcours du Serbe est lui aussi semé d'embûches. D'entrée, le numéro 1 mondial va devoir écarter l'Allemand Philipp Kohlschreiber, quart de finaliste il y a trois ans, avant d'affronter potentiellement Lleyton Hewitt, qui dispute le dernier Wimbledon de sa carrière. Pour accéder à la finale, Djokovic devra théoriquement écarter le Japonais Kei Nishikori (n°5) puis le Suisse Stan Wawrinka, tout frais vainqueur de Roland-Garros.

Derrière les deux mastodontes, une armada de prétendants aux dents longues attendent le moindre faux pas, à commencer par Rafael Nadal, qui aura à coeur de se rattraper après un tournoi parisien décevant. Mais l'Espagnol, s'il franchit l'obstacle David Ferrer (n°8) en huitièmes, pourrait tomber sur un os en la personne du local David Murray en quart. L'histoire (victoires en demi-finales en 2010 et 2011, en quart en 2008) penche pour "Rafa" mais, à «domicile», l'Ecossais est en forme. Vainqueur en 2013, Murray est remonté à la 3e place mondiale et semble redevenu un client sérieux. « J'adore jouer sous pression, je travaille dur pour ça », a assuré l'icône écossaise. « Les neuf premiers mois de 2014 ont été très compliqués et j'ai réalisé que je n'aurai peut-être plus la chance de jouer au haut niveau. Là, je connais un bon début de saison et j'espère que cela va durer. » A 28 ans, le protégé d'Amélie Mauresmo n'a concédé qu'une défaite, contre Djokovic à Paris, depuis son mariage en avril, et il a toujours atteint au moins les quarts à Wimbledon depuis 2008.

Serena Williams, la revanche ?

Côté Français, Jo-Wilfried Tsonga semble destiné à un clash avec ce même Murray dès les huitièmes tandis que Gaël Monfils et Gilles Simon pourraient se retrouver rapidement. Richard Gasquet, lui, part confiant face à un adversaire, le Bulgare Grigor Dimitrov, qu'il a toujours battu. Ca s'annonce plus compliqué en revanche pour Jérémy Chardy, qui affronte Berdych d'entrée.

Chez les filles, Serena Williams semble intouchable. Numéro 1 mondiale, vainqueur de l'Open d'Australie et des Internationaux de France cette année, la trentenaire doit s'attendre à un parcours compliqué dès le troisième tour face à la Française Caroline Garcia. Derrière, sa soeur Venus pourrait l'attendre avant Victoria Azarenka et Maria Sharapova. La Russe n'a battu l'Américaine qu'une seule fois à Wimbledon. L'Américaine, éliminée au 3e tour en 2013 et en 8es de finale en 2014, a expliqué qu'elle n'avait «rien à perdre» sur le gazon londonien: «Je n'ai pas vraiment été bonne ici. [...] Je n'ai pas beaucoup de points à défendre. L'idée, c'est d'abord d'essayer de s'amuser, de passer les tours.»

De l'autre côté du tableau, la tenante du titre Petra Kvitova peut rêver. Son chemin apparaît plus abordable même si la jeune Tchèque devra se méfier d'Agnieszka Radwanska, Eugéni Bouchard ou Angelique Kerber et Sabine Lisicki.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail