Accéder au contenu principal
Football

Trophée des champions: PSG-Lyon, un duel déséquilibré ?

L'attaquant star du PSG Zlatan Ibrahimovic, le 29 juillet 2015 à Chicago, lors de la belle victoire parisienne face à Manchester United (2-0).
L'attaquant star du PSG Zlatan Ibrahimovic, le 29 juillet 2015 à Chicago, lors de la belle victoire parisienne face à Manchester United (2-0). Mike DiNovo-USA TODAY Sports
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Paris Saint-Germain et l’Olympique Lyonnais s’affrontent ce soir à Montréal à l’occasion du Trophée des champions. L'ogre parisien, impressionnant durant la phase de préparation, part à la conquête du premier titre de sa saison, tandis que les Lyonnais espèrent retrouver un brin de confiance.

Publicité

Avec notre correspondant à Montréal, Christophe Diremszian

Paris connait été radieux. Avec un quasi-sans faute lors de la quinzaine américaine conclu par une victoire convaincante et de prestige à Chicago face à Manchester United (2-0), la bande à Ibrahimovic a réussi sa répétition générale et reprend sans déplaisir le rôle de l’épouvantail de la Ligue 1, samedi, à l’heure de disputer le Trophée des champions face à l’Olympique Lyonnais au stade Saputo de Montréal. Et si ce titre reste un hors-d’œuvre au menu d’une équipe nourrie par les plus hautes ambitions européennes, le milieu de terrain Blaise Matuidi n’en fait pas qu’un passage obligé. « Quand on est joueur, on joue pour gagner des titres, pose-t-il. On va tout faire pour rentrer à Paris avec ce trophée, on est venu pour ça donc on s’en donnera les moyens. »

Le PSG n’en manque pas, avec son effectif presque au complet et ses recrues prometteuses comme le nouveau gardien titulaire, l’Allemand Kevin Trapp. Des physiques affûtés aussi, même si les internationaux seront pris au compte-gouttes, notamment après la Copa America. De quoi faire pour l’entraîneur Laurent Blanc un match à inscrire dans la continuité du mois de juillet : « Il faut essayer de continuer sur ces résultats positifs car c’est un match officiel, il y aura un gagnant et un perdant. Avec les qualités physiques et techniques que nous avons démontrées durant les matchs précédents, je pense qu’on peut être confiant. Mais il y aura une équipe en face, Lyon, qui s’est préparée depuis beaucoup plus longtemps que nous ».

L'OL sans Nabil Fékir et Clinton Njie

Le dauphin lyonnais aborde cette rencontre avec un état d’esprit aux antipodes de celui des Parisiens. La saison n’a même pas commencé et les hommes d’Hubert Fournier ont déjà le moral en berne. Quatre défaites en cinq matchs amicaux avec en prime une gifle d’Arsenal 6 à 0, samedi dernier à l’Emirates Stadium. Les joueurs en ont perdu leur fierté et le milieu Clément Grenier sérieusement blessé au quadriceps gauche et de nouveau absent quatre mois.

Mais pas de panique tempère le défenseur Christophe Jallet : « On a fait tout un pataquès de 6-0, nous les premiers, mais il y a eu dix minutes où on était perdu, cette blessure a fait mal à l’équipe. On va s’appuyer sur une autre équipe samedi, j’espère que ça portera ses fruits ».

Les Gones sont également dépeuplés en attaque, privés de Nabil Fékir, suspendu au grand dam du président Jean-Michel Aulas, et du Camerounais Clinton Njie touché à la cuisse lors du dernier entraînement. Pas très encourageant pour contenir la puissance de feu de Parisiens déjà rodés. « On sait que ça va être très compliqué, anticipe l’entraîneur de l’OL Hubert Fournier. On a face à nous une équipe en pleine confiance qui a fait des matchs de préparation de qualité et avec un effectif qui est pratiquement le même et qui se connait très bien. A nous, à travers ce match, de regagner de la confiance pour bien démarrer cette saison qui sera excitante mais ô combien difficile. » D’où le besoin de se rassurer, à défaut de victoire, et avant le nécessaire renforcement de l’effectif rhodanien d’ici à la fin du mercato.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.