Football

Ligue 1: l’OM espère un électrochoc face au PSG

L'attaquant marseillais Romain Alessandrini refuse de se laisser abattre à la veille du clasico face au PSG.
L'attaquant marseillais Romain Alessandrini refuse de se laisser abattre à la veille du clasico face au PSG. AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ

Rongé par le doute, l’Olympique de Marseille défiera dimanche son grand rival le PSG dans son antre du Parc des Princes. Les meilleurs ennemis de la Ligue 1 se retrouvent avec des états d’esprit diamétralement opposés pour un clasico qui s’annonce compliqué côté marseillais.

Publicité

Un match à part. Le PSG reçoit l’Olympique de Marseille dimanche au parc des princes, en clôture de la 9e journée de Ligue 1. Le clasico du championnat français, synonyme de rencontres engagées, sera diffusé aux quatre coins du globe dans 181 territoires.

Les pronostics penchent en faveur du champion en titre et actuel leader du championnat le PSG, qui ne s’est plus incliné à domicile face à l’OM depuis février 2010. Les hommes de Laurent Blanc reçoivent des Phocéens en difficultés, 16e du championnat à quatre points seulement du premier relégable Montpellier.

Des Marseillais encore battus cette semaine en Ligue Europa dans leur antre du Vélodrome, par la modeste équipe tchèque du Slovan Liberec (0-1). Face à un adversaire parisien en forme, la tendance est au doute.

L’heure est grave, au moment d’affronter son grand rival Marseille vient d’enchaîner deux défaites et risque d’y prendre goût redoute le défenseur Benjamin Mendy : « Ça devient une habitude et ça ne doit pas être le cas. Il ne faut pas se voiler la face, on ne fait pas les efforts et c’est normal que ça ne nous sourit pas sur le terrain ».

Lassana Diarra en forme

Un atout de moins, Benjamin Mendy est parmi les rares olympiens au top cette saison, mais il sera suspendu dimanche. Coup dur pour des Marseillais qui collectionnent les lacunes. Manque de constance, de consistance parfois, de réalisme souvent. Mais l’attaquant Romain Alessandrini refuse lui de se laisser abattre. « On n’a fait que huit matchs en championnat, si on commence à avoir la tête dans le guidon on n’est pas sorti. Il ne faut pas tout jeter non plus. Quelque-soit la période lors de laquelle vous jouez Paris, ce n’est jamais évident. C’est sûr que là ça tombe encore dans un mauvais moment. »

Mauvais timing dans le calendrier ? Bien au contraire estime Lassana Diarra qui opère personnellement un retour en grâce. Convoqué en équipe de France, le moral gonflé à bloc, le milieu de terrain entend bousculer les Parisiens. « Entre eux et nous c’est vrai qu’aujourd’hui il y a un fossé, mais c’est peut-être pas plus mal de les affronter là, ça peut être un électrochoc pour le groupe », espère-t-il.

Son souhait : briser le signe indien face à un PSG qui reste sur sept victoires de rang face à l’Olympique de Marseille.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail