Rugby

Mondial de rugby: Frédéric Michalak, l’homme providentiel du XV de France ?

Frédéric Michalak lors de la rencontre face au Canada, le 1er octobre 2015.
Frédéric Michalak lors de la rencontre face au Canada, le 1er octobre 2015. AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Depuis le début de la Coupe du monde, Frédéric Michalak impressionne. L'ouvreur et buteur du XV de France a retrouvé toute sa splendeur. Il est appelé une nouvelle fois comme titulaire pour la rencontre choc face à l’Irlande dimanche 11 octobre.

Publicité

Est-ce reparti pour la « Michalakmania », un standard des années 2000 ? À l’époque, le jeune Michalak faisait la Une des magazines, attirait les publicitaires et les jeunes filles en étaient folles. Depuis le début de cette Coupe du monde, son pied n’a pas tremblé.

Longtemps blessé ces derniers mois, le voilà de retour au premier plan. Frédéric Michalak, 32 ans et 75 sélections au compteur avait débarqué plein de fougue dans l’expérimenté vestiaire toulousain à 'âge de 18 ans, en janvier 2001 pour son premier contrat professionnel. « Ils apportaient beaucoup de fraîcheur et d'humour », se souvient Yann Delaigue, coéquipier à l’époque.

De longues séances de jeu au pied à l'entraînement

Après France-Canada, Frédéric Michalak est devenu le meilleur marqueur français en Coupe du monde (136 points), dépassant Thierry Lacroix, après être devenu le meilleur marqueur de l'histoire l'équipe de France lors du Tournoi des 6 Nations. L'âge avançant, fort d’une grande expérience, Michalak a mis de l'ordre dans son jeu à un poste qui requiert de la maturité. Michalak est aussi devenu un exemple par son acharnement au travail.

Il s'inflige de longues séances de jeu au pied après avoir côtoyé notamment le stakhanoviste Jonny Wilkinson à Toulon. Yannick Bru, devenu entraîneur adjoint des Bleus après avoir côtoyé Michalak sur le terrain, confirme : « Parfois, on sent chez lui une obsession du travail, et je me dis que ce n'est pas la même personne avec qui j'ai partagé des matches de championnat. »

Brice Dulin : « C'est un exemple pour nous tous »

La charnière Tillous-Borde-Michalak, installée depuis les matches de préparation en août, conserve donc logiquement sa place. « Elle fonctionne bien, on a battu l'Angleterre (25-20, ndlr), l'Écosse (19-16), l'Italie (32-10) et le Canada (41-18) avec », a souligné Saint-André vendredi 9 octobre en conférence de presse. « Je sens énormément de gourmandise de la part de mes joueurs », a avoué le sélectionneur avant ce rendez-vous crucial de la poule D, qui attribuera la première place du groupe. Le vainqueur devrait ainsi éviter les All Blacks, tenants du titre, en quarts de finale.

En dépit de ses piètres résultats depuis quatre années sous l’ère Saint-André - la France n’a plus battu l’Irlande -, Michalak semble être un supplément d’âme à cette équipe qui va affronter l’Irlande. « C'est un exemple pour nous tous. C'est lui qui nous entraîne, lui qui nous pousse à travailler encore plus », raconte Brice Dulin. Dimanche, Michalak sera opposé à Jonathan Sexton. Et on peut s’attendre un vrai duel de deux excellents numéro 10.

Composition du XV de France contre l'Irlande:
Spedding - Dulin, Bastareaud, Fofana, Nakaitaci - (o) Michalak, (m) Tillous-Borde - Chouly, Picamoles, Dusautoir (cap.) - Papé, Maestri - Slimani, Guirado, Ben Arous
Remplaçants: Kayser, Debaty, Mas, Flanquart, Le Roux, Parra, Tales, Dumoulin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail