Football

Allemagne: la polémique enfle sur l’attribution du Mondial 2006

L'Allemand Franz Beckenbauer (à droite) et l’ex-président de la Fifa Joseph Blatter, lors de l’attribution de la Coupe du monde 2006 de football à l’Allemagne, en juillet 2000.
L'Allemand Franz Beckenbauer (à droite) et l’ex-président de la Fifa Joseph Blatter, lors de l’attribution de la Coupe du monde 2006 de football à l’Allemagne, en juillet 2000. REUTERS/Kai Pfaffenbach/Files
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La polémique sur l’attribution de la Coupe du monde 2006 de football à l’Allemagne enfle Outre-Rhin, deux jours après les allégations de corruption portées par l'hebdomadaire local Der Spiegel. L’ex-joueur Franz Beckenbauer a assuré n'avoir soudoyé personne pour obtenir des voix en faveur de son pays. La justice allemande se penche toutefois sur ce dossier.

Publicité

Après les Coupes du monde 1998, 2002, 2010, 2018 et 2022, c’est au tour de l’organisation de la Coupe du monde 2006 de football de susciter la polémique. Cette compétition, attribuée à l’Allemagne en 2000, l’aurait été en échange de 6,7 millions d’euros de pots-de-vin, versés à des membres de la Fédération internationale de football (Fifa), selon l'hebdomadaire local Der Spiegel.

Des allégations vigoureusement démenties par l’ex-footballeur vedette Franz Beckenbauer, qui était le président du Comité d’organisation du Mondial 2006. « Je n'ai versé de l'argent à personne pour obtenir des voix dans l'attribution de la Coupe du monde 2006 à l'Allemagne, déclare l’ancien défenseur dans un communiqué. Et je suis sûr qu'aucun membre du Comité de candidature n'a fait une telle chose ».

La justice allemande se penche sur le dossier

Selon Der Spiegel, ledit Comité de candidature allemand aurait puisé dans une caisse noire. Cela lui aurait permis de battre de justesse l’Afrique du Sud lors du vote à la Fifa pour désigner le pays-hôte du tournoi.

L'affaire est prise au sérieux par la justice allemande. « Nous n'avons pas encore lancé d'enquête (formelle), a indiqué la procureure générale du parquet de Francfort, Nadja Niesen, à l'agence de presse sportive SID. Nous le ferons si le soupçon se confirme. [...] Il pourrait s'agir de corruption, de fraude ou de malversation ».

Le président du CIO monte au créneau

Les accusations sont également suffisamment préoccupantes pour que le président du Comité international olympique (CIO) s'exprime indirectement. « Thomas Bach part du principe que c'est dans l'intérêt du football que ces allégations fassent l'objet d'une investigation rapide et complète », a déclaré Christian Klaue, l’un des porte-parole du CIO.

Allemand, Thomas Bach pourrait être indirectement ébranlé par ce scandale, puisqu’il était membre du Comité de surveillance du Comité d'organisation de la Coupe du monde 2006.

Le dossier Mondial 2006 évoqué par la Fifa cette semaine ?

Pour l’heure, la Fifa n’a pas réagi à cette nouvelle controverse. Un Comité exécutif extraordinaire est prévu ce 20 octobre à Zurich (Suisse). Le sujet n’est pas à l’ordre du jour.

La réunion présidée par Issa Hayatou, le patron intérimaire de l’instance, devrait pourtant en grande partie se pencher sur les propositions de la commission des réformes de la Fifa qui visent à redorer l’image de l’organisation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail