Rugby - Disparition

Anthony Foley, une légende du rugby irlandais disparaît

Anthony Foley, ici en 2006, est décédé dimanche 16 octobre 2016.
Anthony Foley, ici en 2006, est décédé dimanche 16 octobre 2016. MARTYN HAYHOW / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Légende du rugby irlandais et entraîneur du Munster, Anthony Foley est décédé à 42 ans dans la nuit de samedi à dimanche près de Paris. Une disparition soudaine qui a entraîné une vague d'hommages dans le monde du rugby britannique. Apprécié aussi pour ses qualités humaines dans le milieu, il laissera forcément une trace indélébile.

Publicité

Anthony Foley aura entonné l’hymne national irlandais soixante-deux fois de 1995 à 2005 sous les couleurs du XV au Trèfle. Dix années durant lesquelles l'ancien troisième ligne a tout donné physiquement et fièrement pour son pays sur les pelouses du monde entier. Dix ans qui ont fait de lui une légende du ballon ovale.

Fidèle à ses couleurs Foley avait bâti sa brillante carrière sur le sol du Munster, l’unique club pour lequel il ait joué pendant 13 ans et 184 rencontres, le temps de glaner une coupe d'Europe en 2006.

Ce gaillard d'1m91, a d'ailleurs toujours laissé derrière lui des flots de louanges que ce soit en club ou en sélection nationale. Il était, pour certains de ses anciens coéquipiers, qui pleurent aujourd’hui l’homme et l’ancien joueur devenu entraîneur de son club de cœur, un modèle de droiture.

L'homme d'un seul club

C'est donc avec le Munster qu'il était à Paris ce week-end, venu pour inaugurer la saison de coupe d'Europe face au Racing 92. Le match a d’ailleurs été logiquement reporté suite à la crise cardiaque qui l'a prématurément emporté loin de son Irlande chérie dans la nuit de samedi à dimanche.

L’Irlande s'apprête désormais à l'accueillir une dernière fois pour ses obsèques et lui offrir un dernier hommage. Celui du peuple vert, dont il faisait partie, et celui d'un pays, qui ne l'oubliera jamais et qui entonnera en chœur une dernière fois en son honneur cet Ireland's Call qu'il aimait chanter avec émotion bras dessus, bras dessous avec ses partenaires du XV irlandais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail