Accéder au contenu principal
TENNIS

Tennis: l’Ecossais Andy Murray, n°1 mondial après une si longue attente

Andy Murray désormais numéro un mondial.
Andy Murray désormais numéro un mondial. Reuters/Aly Song
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La finale du Masters 1000 de Paris-Bercy opposera ce dimanche 6 novembre l’Américain John Isner à Andy Murray. L’Ecossais, qui a bénéficié du forfait du Canadien Milos Raonic blessé, est assuré d'être lundi le 26ème numéro 1 mondial de l’histoire et le premier Britannique. Une consécration qui arrive sur le tard pour le joueur de 29 ans.

Publicité

C’est en 2009 qu’Andy Murray pointe son nez à la deuxième place du classement mondial. L’Ecossais est déjà très fort, mais devant lui trois monstres vont tour à tour l’empêcher de monter sur le trône du numéro 1 mondial : Roger Federer, Raphaël Nadal et Novak Djokovic.
Même si lui aussi fait partie du célèbre « Big Four », il doit se contenter des miettes abandonnées par les trois légendes. En sept ans, il parvient tout de même à remporter trois Grands Chelems, deux Jeux Olympiques, la Coupe Davis et une poignée de Masters 1000. « Il le mérite parce que c’est un combattant incroyable, témoigne le Français Jo-Wilfried Tsonga. Il est vraiment très compétitif dans tout. C’est son objectif, il a vraiment réussi à tout mettre en place pour accéder à ça, C’est un bel ambassadeur du tennis ».

Le mental n'est plus son point faible

Incroyable défenseur, athlète hors du commun, il étoffe petit à petit sa palette de tennisman en devenant plus agressif. Joueur multi-surfaces, mais longtemps jugé friable mentalement, il a su également s’affirmer grâce à l’apport de deux entraîneurs charismatiques, deux anciens numéro 1 mondiaux : Amélie Mauresmo et Yvan Lendl, qui est revenu le conseiller cet été.

Résultat : avec les blessures cette année de Federer et Nadal, la perte de motivation soudaine du numéro 1 mondial Novak Djokovic, c’était lui, Andy Murray, le plus à même de leur succéder.

Il a parfaitement saisi sa chance ces six derniers mois, en s’offrant sept titres, de Wimbledon aux Jeux Olympiques, un 8ème ce dimanche lui tend les bras à Bercy face à l’Américain John Isner. Il aurait le goût du couronnement.

L'hommage de Tsonga

Pour le joueur français Jo-Wilfried Tsonga, 13e joueur mondial, Andy Murray mérite sa place de numéro 1 et fait un bon ambassadeur du tennis. « Déjà dans un premier temps il le mérite parce que c’est un combattant incroyable. Il est vraiment très compétitif dans tout... il a vraiment réussi à tout mettre en place pour accéder à ça, donc pour moi il le mérite. Je pense que c’est un bel ambassadeur. C’est vrai que sur le terrain il est un peu grognon et il peut avoir des sauts d’humeur. Il a parfois des mots qui peuvent être déplacés, sur le terrain… Mais en tout cas c’est un chouette type et un bel être humain. En dehors des courts, quand il sort, il est super. Donc, oui, c’est un bel ambassadeur du tennis ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.