Football / Mondial 2018

Foot: la France en quête de confiance face au Pays de Galles et à l’Allemagne

L'équipe de France à l'entraînement le 9 novembre 2017.
L'équipe de France à l'entraînement le 9 novembre 2017. REUTERS/Charles Platiau

Après une qualification pour la Coupe du monde obtenue dans la douleur, et malgré quelques coups d’éclat comme le 4-0 infligé aux Pays-Bas, l’équipe de France peine toujours à convaincre. Face au Pays de Galles, puis à l’Allemagne, les Bleus vont avoir deux matches pour se rassurer et conclure leur année 2017 en beauté.

Publicité

La qualification pour la Coupe du monde est en poche, pour les Bleus le contrat est donc rempli. Mais pour ce qui est des certitudes en matière du niveau de l’équipe de Didier Deschamps, il faudra repasser. Il a bien eu des prestations convaincantes comme ce 4-0 infligé aux Pays-Bas, mais on a surtout vu d’autres beaucoup plus inquiétantes comme la défaite 2-1 face à la Suède dans les dernières minutes de jeu, le match nul 0-0 face au modeste Luxembourg ou une multitude de victoires étriquées par la plus petite des marges.

Malgré ces doutes qui subsistent, le potentiel de cette équipe de France reste indéniable. Sa pléiade de jeunes en devenir comme Mbappé, Dembélé, Coman, Martial ou Lemar, encadrés par d’autres joueurs plus expérimentés comme Matuidi, Pogba, Griezmann, Lloris ou Varane, fait de cette équipe, aux yeux de beaucoup d’observateurs, l’un des outsiders potentiel à la victoire finale en Russie.

« On n’est pas en chantier »

Pour ces deux derniers matches de l’année, l’objectif sera donc avant tout de se rassurer. Face au Pays de Galles privés de leur meilleur joueur Gareth Bale, les Bleus vont tenter, ce vendredi 10 novembre, de retrouver un fond de jeu malgré l’absence de cadres comme Pogba, Varane et Lloris.

« On n’est pas en chantier », a asséné en conférence de presse Didier Deschamps. Pour autant, l’absence de plusieurs titulaires devraient le pousser à quelques expérimentations, comme l’association inédite au milieu de terrain de Corentin Tolisso et de Blaise Matuidi. « Des certitudes en football, je n'en ai pas. Celui qui en a, elles sont balayées d'un jour à l'autre, a poursuivi le sélectionneur des Bleus. J'ai des convictions, il y a un groupe qui évolue, avec l'arrivée de joueurs jeunes, avec beaucoup de qualités et un gros potentiel, mais ça ne se fait pas d'un claquement de doigts ».

L'Allemagne, le gros morceau

Dans ces matches amicaux de fin d’année, on peut en coup cas espérer que sans la pression du résultat, une équipe de France relâchée puisse livrer une copie plus convaincante que celles rendues ces derniers mois, même si une contre-performance contre le Pays de Galles, non qualifié pour le Mondial, ferait clairement mauvaise figure.

D’autant plus que le prochain morceau au programme des Bleus s’annonce beaucoup plus coriace. A Francfort mardi 14 novembre, les Français affronteront l’Allemagne championne du monde en titre et favorite à sa propre succession. A un peu plus de six mois du Mondial en Russie, un match plein face aux Allemands, voire même une victoire, pourrait certainement donner un petit supplément d’âme à une équipe de France en pleine recherche de confiance.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail