Cyclisme

Tour de France : Sagan, la vie en vert

Peter Sagan (d) devance Alexander Kristoff (c) et Arnaud Demare (g) dans la 13e étape du Tour de France 2018 à Valence.
Peter Sagan (d) devance Alexander Kristoff (c) et Arnaud Demare (g) dans la 13e étape du Tour de France 2018 à Valence. REUTERS/Stephane Mahë

Peter Sagan a remporté au sprint la 13e étape du Tour de France à Valence. Le Slovaque conforte son avance au classement par points, où la concurrence a quasiment disparu après le passage des Alpes.

Publicité

Sur le Tour de France, le maillot vert du classement par points est, selon l’angle de vue, celui du meilleur sprinteur ou celui du coureur le plus complet. Cette année, la seconde option semble avoir la cote.

Car s’il est souvent promis à un sprinteur – en témoigne la présence d’Erik Zabel, six fois victorieux, en tête de son palmarès –, le maillot vert ira cette année à un coureur qui aura su passer le premier massif du parcours sans encombres. Autrement dit, un sprinteur qui sait aussi grimper suffisamment vite pour ne pas arriver hors délais.

Les rangs des sprinteurs décimés

C’est qu’en deux jours, les Alpes ont fait de sacrés dégâts. Fernando Gaviria, vainqueur de deux étapes en début de Tour, Dylan Groenewegen, qui avait également levé deux fois les bras, mais aussi André Greipel, Mark Cavendish et Marcel Kittel – 55 victoires d’étapes à eux trois, excusez du peu ! – ont quitté la Grande Boucle, soit sur abandon soit pour une arrivée hors délais.

Dès lors, il ne restait plus que trois noms à mettre en avant à l’heure des pronostics au matin de la 13e étape, courue entre Le Bourg-d'Oisans et Valence et promise à une arrivée massive : Peter Sagan, Alexander Kristoff et Arnaud Démare.

Yo-yo avec l'échappée

En tête d’un peloton qui n’a jamais laissé plus de 2’ d’avance au petit groupe de quatre échappés, les équipes respectives des trois prétendants à la victoire du jour – Bora Hansgrohe, Emirats et Groupama FDJ – ont joué au yo-yo avec les fuyards. Non pour ménager le suspense mais pour ne pas faire trop vite une jonction qui amènerait inévitablement de nouvelles attaques.

Dans ce jeu de dupes, Thomas De Gendt décida, à 25 km de la ligne, de ne plus jouer. Michael Schär, dernier rescapé d’une aventure promise à l’échec, fut englouti juste à temps pour que commencent les grandes manœuvres...

En l’absence de concurrence, les trois sprinteurs susmentionnés jouèrent la gagne et Sagan s’imposa sans surprise devant Kristoff et Démare. Coureur fantasque et éclectique, capable de passer les bosses avec succès, le Slovaque est en route vers un sixième sacre en vert. Il rejoindra sans doute Zabel au palmarès et donnera définitivement raison à ceux qui pensent que le maillot vert est bien plus qu’un classement du meilleur sprinteur, un classement du meilleur cycliste du monde, tout simplement. Sagan n'a-t-il pas remporté les trois dernières éditions du championnat du monde ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail