Football Leaks: la justice hongroise ordonne l'extradition du hacker Rui Pinto

Le Portugais Rui Pinto, le 5 mars 2019 à Budapest.
Le Portugais Rui Pinto, le 5 mars 2019 à Budapest. FERENC ISZA / AFP

La justice hongroise a ordonné ce 5 mars 2019 l'extradition vers le Portugal du hacker Rui Pinto. Le lanceur d'alerte à l'origine des «Football Leaks», la plus importante fuite d'informations sur les coulisses du foot business. Ces millions de documents ont révélé, fin 2016 et en novembre dernier, des mécanismes d'évasion fiscale, des soupçons de fraude et de corruption qui mettent en cause joueurs vedettes et dirigeants de clubs.

Publicité

Après l'enquête journalistique, les Football leaks se retrouvent au coeur d'une bataille judiciaire. Neuf pays européens sont intéressés par les millions de documents que Rui Pinto a confiés à plusieurs médias en 2016. Depuis la fin de l'année dernière, le Portugais collabore ainsi avec le Parquet national financier français sur son enquête préliminaire pour blanchiment de fraudes fiscales aggravées.

Celle-ci vise plusieurs grands noms du football hexagonal, comme par exemple le président du FC Nantes Waldemar Kita. L'enquête a connu des développements majeurs ces derniers mois et pourrait s'étendre à l'international, quinze jours après la réunion de l'Eurojust, l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne.

Dans le collimateur du Portugal

Rui Pinto est un témoin clé dans la lutte contre la fraude fiscale en Europe mais il est accusé dans son propre pays. Le Portugal a émis un mandat d'arrêt à son encontre, lui reprochant d'avoir volé les données des Football Leaks. Mais aussi d'avoir fait du chantage, notamment auprès du fonds d'investissement maltais Doyen Sports, impliqué dans des transferts de joueurs visés par ses révélations.

Arrêté le 16 janvier à Budapest, Rui Pinto est persuadé que son pays veut le faire taire. Depuis sa résidence surveillée dans la capitale hongroise, le lanceur d'alerte clame son innocence, expliquant œuvrer uniquement dans l'intérêt général. Son extradition pourrait ralentir les enquêtes en cours et rendre compliqué toute coopération avec la justice financière des Etats européens. Rui Pinto et ses avocats ont fait appel de l'ordre d'extradition de la justice hongroise vers le Portugal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail