Tennis

Roland-Garros: la sensation Antoine Hoang

Antoine Hoang lors de son match face à Fernando Verdasco, le 30 mai 2019.
Antoine Hoang lors de son match face à Fernando Verdasco, le 30 mai 2019. Thomas SAMSON / AFP

Le Français Antoine Hoang, 146e mondial, a éliminé ce jeudi 30 mai à la surprise générale l'Espagnol Fernando Verdasco, tête de série 23, en quatre sets (6-4, 3-6, 7-6, 7-5). Auteur d'un match exceptionnel, l'invité français réalise un sacré exploit. À 23 ans, il jouera son compatriote Gaël Monfils pour une place en huitièmes de finale.

Publicité

De notre envoyé spécial à Roland-Garros,

Fernando Verdasco, 35 ans, 37e au classement ATP, se souviendra que c’est un « petit jeune », invité, qui lui a barré la route pour le troisième tour de Roland-Garros. Après avoir remporté son premier match face Damir Dzumhur, le Français Antoine Hoang est venu à bout de l’Espagnol.

Antoine Hoang, joueur atypique

A Roland-Garros, il y a ceux qui arrivent en grande pompe, que tout le monde attend, et qui font la Une des journaux avant même leur premier coup de raquette. Et puis, il y a tous ces anonymes inconnus du « grand public ». Du côté de la Porte d’Auteuil, Antoine Hoang a fait sensation dès son premier match en Grand Chelem gagné face à Damir Dzumhur (6-4, 0-6, 7-6 [5], 6-3). Face à Verdasco, il a commencé à se faire un nom.

A l’âge des possibles, Antoine Hoang est un joueur atypique. Le 146e mondial, attaquant, qui aime frapper la balle tôt, prendre son adversaire de vitesse et monter au filet a attendu de terminer ses études pour se consacrer pleinement au tennis. Ses parents voulaient qu’il possède « un parachute » pour assurer son avenir. Ce qui ne l’a pas empêché de mettre à profit l’invitation délivrée par le tournoi. Diplômé d’un bac S avec un an d’avance puis d’une licence de Staps, Antoine Hoang a désormais l’objectif d'atteindre le top 100 en fin de saison. Mais sans faire de bruit, car le garçon est discret.

Une belle étape de franchie

« Je suis plutôt quelqu’un d’introverti et ce depuis que je suis tout jeune, a-t-il expliqué après son premier tour victorieux. Sur le terrain, j’essaie de prendre mes responsabilités, de faire le jeu. C’est vrai que c’est un peu contradictoire, mais je pense cela m’aide aussi à garder une certaine constance et de la rigueur. » À le voir jouer, le garçon paraît vraiment dans sa bulle, s’encourageant souvent lui-même à voix basse.

Avant sa première victoire à Roland-Garros, Antoine Hoang avait remporté son tout premier match sur le circuit à Montpellier en février dernier. Il ne se consacre pleinement au tennis que depuis deux années et demie. « Pour la première fois, j’ai joué dans une atmosphère incroyable. Ça m’a beaucoup aidé », sourit Antoine Hoang, qui a eu droit à une ola à la fin de sa rencontre face à Verdasco.

Rien à perdre...

« Je n’avais rien à perdre et j’ai poussé mon tennis au maximum, avoue-t-il. Je peux remercier la Fédération pour cette invitation. Je rêve depuis longtemps à ces moments et je ne voulais pas avoir peur. Je n’avais pas d’objectif de résultats et je voulais profiter d’être là. »

« Après le tournoi (de Roland-Garros), je repars sur des challengers sur gazon où je peux bien jouer, avançait Antoine Hoang après son premier match. Je passe une étape, mais ça se construit au fur et à mesure et il ne faut pas perdre ça de vue, ne pas croire qu'on est arrivé. Le tennis est fait de hauts et de bas. » Pour le moment, ce sont les hauts que le jeune homme savoure après sa rencontre marathon face à Verdasco.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail