Football

Foot: neuf stars à suivre durant la Coupe du monde féminine 2019

L'Américaine Alex Morgan.
L'Américaine Alex Morgan. Mandatory Credit: Kelley L Cox-USA TODAY Sports

La Coupe du monde féminine 2019 de football se déroule du 7 juin au 7 juillet. Voici neuf joueuses à suivre durant ce Mondial en France : Lucy Bronze, Amandine Henry, Carli Lloyd, Saki Kumagai, Dzsenifer Marozsán, Marta, Lieke Martens, Alex Morgan et Wendie Renard.

Publicité

Lucy Bronze (Angleterre – défenseure – 27 ans)

Une des meilleures défenseures latérales au monde. La Britannique, qui a porté les couleurs de plusieurs clubs du nord de l’Angleterre, (Sunderland, Everton, Liverpool et Manchester City), évolue depuis 2017 du côté de l’Olympique lyonnais. En France, celle qui a fini 3e du Mondial 2015 espère évidemment faire mieux avec le sélection anglaise. D’autant que la finale du Mondial 2019 aura lieu à Lyon…

Amandine Henry (France – milieu de terrain – 29 ans)

Celle qui régule le jeu de « Bleues » dont elle est la capitaine. La Française n’est pas la footballeuse la plus spectaculaire au monde. Mais ses qualités – endurance, justesse technique, anticipation – en font un des meilleurs milieux de terrain de la planète. Collectionneuse de trophées avec son club, l’Olympique lyonnais, la numéro 6 espère enfin ajouter une vraie ligne à son palmarès avec l’équipe de France.

Carli Lloyd (États-Unis – milieu de terrain – 36 ans)

Des titres en sélection, l’Américaine en a gagné à la pelle, elle, avec notamment deux médailles d’or olympiques (2008 et 2012) et un titre de championne du monde (2015). En 2016, la Fédération internationale (FIFA) avait élu cette joueuse polyvalente meilleure footballeuse de l’année. À 36 ans, celle qui a marqué plus de 100 buts pour les États-Unis devra également partager son expérience avec les jeunes pousses du Team USA.

Saki Kumagai (Japon – défenseure – 28 ans)

La taulière et patronne de la sélection nippone. Celle qui peut aussi bien évoluer dans l’axe de la défense qu’à la récupération a été l’une des grandes artisanes du sacre japonais lors du Mondial 2011. Elle avait notamment inscrit le tir au but décisif face aux Américaines, en finale. Huit ans plus tard, cette joueuse discrète mais très régulière a enrichi son CV de nombreux titres avec son club depuis 2013, l’Olympique lyonnais (OL).

Dzsenifer Marozsán (Allemagne – milieu de terrain – 27 ans)

Encore une pensionnaire de l’OL. La native de Budapest (Hongrie) a été élue trois années de suite meilleure joueuse du Championnat de France, une des ligues les plus relevées au monde. En équipe d’Allemagne, c’est elle la star. À l’échelle planétaire, elle est peut-être la meilleure meneuse de jeu, actuellement… Ses nombreux exploits ballon aux pieds sont en tout cas un régal pour les yeux.

Marta (Brésil – attaquante – 33 ans)

On la surnomme le « Pelé en jupe », en référence à son glorieux aîné et compatriote. Au pays du football-roi, elle est la référence féminine, même si elle n’a jamais été championne du monde ou médaillée d’or olympique avec la « Seleçao ». La Brésilienne a été désignée six fois meilleure footballeuse au monde par la FIFA (2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2018). Ses qualités techniques sont exceptionnelles.

Lieke Martens (Pays-Bas – attaquante – 26 ans)

Depuis quelques années, le FC Barcelone investit dans le football féminin. Le club espagnol a fait de la Néerlandaise la figure de proue de son projet. Meilleure joueuse de l’année 2017 et championne d’Europe en titre, l’élégante « ailière » est une dribbleuse, une passeuse et une buteuse hors-pair, dans la plus pure tradition batave.

Alex Morgan (États-Unis – attaquante – 29 ans)

La nouvelle icône du football féminin. L’attaquante du Team USA est une superstar. En témoignent ses 3,5 millions d’abonnés sur Twitter ou la couverture du prestigieux magazine Time pour laquelle elle a posé. Mais l’Américaine n’est pas qu’une figure. C’est aussi une buteuse vorace et efficace, qui veut marquer l’histoire de son sport.

Wendie Renard (France – défenseure – 28 ans)

L’une des meilleures défenseures centrales en activité. Du haut de ses 187 cm, la Française domine la plupart des attaquantes qui osent se frotter à elle. La Lyonnaise s’est bâti un palmarès phénoménal, en club, avec notamment six Ligues des champions européennes. Avec la sélection, comme Amandine Henry, elle espère mettre fin à des années de frustration, en étant sur le toit du monde, le 7 juillet prochain.

►Le calendrier des résultats de la Coupe du monde ici: http://graphics.rfi.fr/coupe-du-monde-feminine-france-2019-calendrier-resultats/

Infographie CDM féminine 2019 chiffres généraux
Infographie CDM féminine 2019 chiffres généraux RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail