Accéder au contenu principal

Junior Makabu: «J’ai écrit une histoire qui n’a jamais existé en RDC»

Le boxeur Congolais Junior Makabu, en août 2019.
Le boxeur Congolais Junior Makabu, en août 2019. Getty Images/Valery Sharifulin/TASS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Junior Ilunga Makabu est devenu ce 31 janvier 2020 à Kinshasa le premier Congolais champion du monde de boxe anglaise au sein d’une des quatre grandes fédérations. Au micro de RFI, il revient sur cette victoire dont il n'a jamais douté après avoir échoué en mai 2016 face à Tony Bellew.

Publicité

Propos recueillis par François Kabulo Mwana Kabulo

RFI: Que ressentez-vous après ce titre de champion du monde ?

Junior Ilunga Makabu: Je sais que j’ai fait un combat un peu difficile. Je suis content de pouvoir accomplir ce à quoi je pensais depuis des années, chez moi, au pays. Je suis content de pouvoir m’exprimer et de remercier tout d’abord le président de la république pour avoir accepté que ce championnat se passe ici chez nous. Je profite également de l’occasion pour dire merci au général Luyoyo qui est mon promoteur et le président de la fédération. Je ne peux pas oublier l’homme qui a travaillé dur tout au long de ma carrière Tarik Saadi (son manger, ndlr), qui m’a aidé à accomplir ma mission. Je suis en joie car j’ai écrit une histoire qui n’a jamais existé en République démocratique du Congo.

Vous aviez dit « la ceinture est à Kinshasa, elle restera en RDC ! »

Oui, j’avais dit ça en conférence de presse. Je suis croyant, et après avoir perdu cette ceinture en 2016 devant les Anglais, je savais que cette fois c’était mon heure. J’ai tout fait et ce n’est pas donné à n’importe qui car j’ai vu des boxeurs qui ont combattu et qui ont perdu au championnat du monde sans jamais gagner ce titre par la suite. Mais la grâce m’a permis d’accomplir ma mission.

On a eu peur au deuxième et troisième round, il faut l’avouer.

Le combat était bien préparé techniquement. La date du combat a été changée trois fois. Techniquement, j’étais surentrainé. Deuxièmement, j’étais face à un adversaire qui n’a jamais perdu et il m’a fallu combattre intelligemment avec toute mon expérience pour gagner. Il n’avait jamais fait douze rounds et je devais l’emmener vers cette direction pour remporter la victoire.

À quel moment avez-vous senti que vous alliez devenir champion du monde ?

Je savais que je devais être champion du monde. Je me suis préparé pour douze rounds et je savais qu’au bout de ces douze rounds j’allais gagner. Je n’ai jamais combattu quelqu’un qui a résisté devant moi, tous ce que je combats doivent toucher le sol. Mon adversaire a touché le sol deux fois, je lui ai cassé le nez, j’ai fait mon boulot !

►Boxe: Junior Makabu, premier Congolais sacré champion du monde 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.