Accéder au contenu principal

Foot: nouveaux cas de coronavirus au Portugal, Benfica touché

3 mn
Publicité

Lisbonne (AFP)

Au moins huit cas de footballeurs contaminés par le nouveau coronavirus ont été signalés depuis ce week-end parmi les effectifs de quatre clubs portugais de 1re division, dont le champion en titre Benfica, qui se préparent à reprendre le championnat fin mai à huis clos.

Benfica a annoncé dimanche soir que le milieu offensif portugais David Tavares avait été testé positif lors d'un dépistage réalisé vendredi. Le joueur est asymptomatique et en quarantaine, a précisé le club lisboète.

La veille, le Vitoria Guimaraes a confirmé la détection de trois cas. Depuis, Moreirense a signalé un autre cas et, selon l'agence de presse Lusa, trois joueurs et deux membres de l'encadrement de Famalicao ont également été contaminés.

Un premier cas avait été détecté fin avril, chez les moins de 23 ans du club lisboète de Belenenses.

Le gouvernement portugais a annoncé le 30 avril que le championnat portugais de première division était autorisé à reprendre à partir du dernier week-end de mai, à huis clos et sous réserve de l'approbation d'un protocole sanitaire.

Lorsque la compétition a été suspendue le 12 mars à cause de la pandémie de coronavirus, le FC Porto était en tête du classement avec un point d'avance sur le Benfica.

La Ligue et la Fédération portugaise de football, qui n'ont toujours pas confirmé la date de la reprise, ont dévoilé dimanche soir les conditions imposées par la Direction générale de la santé (DGS) pour que les dix dernières journées de la compétition puissent se tenir.

Les footballeurs devront notamment limiter leurs interactions sociales à leurs proches et au staff de leur club. Après la reprise de la compétition, ils devront être testés deux fois par semaine.

Les matches devront être disputés "dans un nombre le plus réduit possible de stades" et leur organisation ne devra pas entraîner des rassemblements de plus de dix personnes.

Au moins trois joueurs du FC Porto ont réagi sur les réseaux sociaux en se montrant critiques à l'égard des règles imposées et plusieurs éditorialistes ont émis des doutes sur le bien-fondé d'une reprise du championnat.

Le président du syndicat des footballeurs portugais, Joaquim Evangelista, s'est pour sa part montré rassurant. "Ce n'est pas le moment d'être alarmiste. Nous sommes en période de déconfinement et il faut s'attendre à avoir des cas positifs dans la société et dans le football en particulier", a-t-il dit.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.