Accéder au contenu principal

Racisme: la NFL admet avoir «eu tort de ne pas écouter les joueurs»

Colin Kaepernick, le 23 octobre 2016, avant le début du match entre les San Francisco 49ers et les Tampa Bay Buccaneers.
Colin Kaepernick, le 23 octobre 2016, avant le début du match entre les San Francisco 49ers et les Tampa Bay Buccaneers. Loren Elliott/Reuters
4 mn

Roger Goodell, le président de la puissante NFL, a présenté ses excuses pour ne pas avoir écouté les joueurs qui demandaient plus de soutien dans la dénonciation et la condamnation du racisme et de la discrimination après la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc le 25 mai.

Publicité

Alors que les Etats-Unis font toujours face aux répercussions liées à la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc qui a appuyé son genou sur son cou pendant plus de huit minutes à Minneapolis, Roger Goodell a livré un message fort sur les réseaux sociaux, vendredi 5 juin. Le patron de la NFL, la ligue nationale de football américain, s'est excusé pour ne pas avoir écouté plus tôt les joueurs qui demandaient à la puissante association de condamner le racisme et de soutenir les manifestations.

La NFL sort de son mutisme face à un problème qui dépasse le cadre du sport

« Nous, la NFL, condamnons le racisme et l'oppression systématique des Noirs. Nous, la NFL, admettons que nous avons eu le tort de ne pas avoir écouté les joueurs de la ligue plus tôt. Nous, la NFL, encourageons tout le monde à s'exprimer et à protester pacifiquement. Nous, la NFL, croyons que la vie des Noirs compte », assure Roger Goodell.

Jeudi 4 juin, plusieurs joueurs de NFL avaient exhorté la ligue à s’engager davantage. En 2016, déjà, Colin Kaepernick, l'ancien quarterback des San Francisco 49ers, avait mené un mouvement de protestation contre les violences policières à l'égard des Noirs et contre le racisme. Une prise de position qui avait divisé l’opinion et qui lui a coûté sa carrière en NFL, aucune franchise n’ayant voulu se risquer à s’associer à un joueur aussi engagé. La gestion du cas Kaepernick avait déjà terni l’image de Goodell et de la NFL, restés en retrait à l’époque. Le texte publié vendredi par le « commissioner » a reçu une large approbation parmi les joueurs.

► À lire aussi : Mort de George Floyd: le geste de Colin Kaepernick au cœur des maux américains

Trump à contre-courant

Drew Brees, le quarterback des New Orleans Saints, a lui aussi présenté des excuses durant la semaine. Il avait d'abord critiqué les personnes posant un genou à terre durant l'hymne national américain, fustigeant un « manque de respect », avant de rétropédaler : « J'ai fait des commentaires insensibles et je suis complètement passé à côté des problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés. » Donald Trump a lui critiqué les excuses de Brees ; farouchement opposé au geste du genou à terre, le président américain se pose à contre-courant du virage pris par la NFL.

Sur les réseaux sociaux, Drew Brees a d'ailleurs rétorqué à Donald Trump : « Ce n'est pas une insulte au drapeau américain. Cela ne l'a jamais été. Nous ne pouvons plus utiliser le drapeau pour détourner les gens des vrais problèmes auxquels sont confrontées nos communautés noires. (...) Nous, en tant que communauté blanche, devons écouter et apprendre des douleurs et des souffrances de nos communautés noires. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.