Accéder au contenu principal

MMA: Kamaru Usman conserve son trône en battant Jorge Masvidal à l'UFC 251

Le Nigérian Kamaru Usman, champion UFC des poids mi-moyens, ici en décembre 2019.
Le Nigérian Kamaru Usman, champion UFC des poids mi-moyens, ici en décembre 2019. Steve Marcus / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
3 mn

Le champion UFC des poids mi-moyens, Kamaru Usman, a brillé lors de l'UFC 251 disputé à Abou Dhabi dimanche 12 juillet. Le « Cauchemar nigérian » a livré un modèle de combat de lutteur pour dominer l'Américain Jorge Masvidal, battu sans discussion aux points. C'est la 2e défense de ceinture réussie de Kamaru Usman.

Publicité

Et de 12. Kamaru Usman compte désormais 12 victoires à l'Ultimate Fight Championship (UFC), et au total 17 victoires pour une seule défaite au niveau professionnel en arts martiaux mixtes (MMA). Le champion des poids mi-moyens n'a pas tremblé dans le Flash Forum de l'île de Yas, à Abou Dhabi aux Émirats arabes unis, théâtre de l'UFC 251. Il a remporté le grand combat de la soirée face à Jorge Masvidal.

Puncheur contre lutteur

Après le forfait de son adversaire désigné, le Brésilien Gilbert Burns, en raison d'un test positif au Covid-19, Kamaru Usman était à la recherche d'un nouveau combattant à affronter. Et c'est donc l'Américain Masvidal, 3e de la catégorie, qui a relevé le défi, à six jours du rendez-vous. C'est que le vétéran de 35 ans, avait très envie de monter dans l'octogone  lui et le Nigérian se détestent. En février, ils avaient déjà failli en venir aux mains lors d'une émission de radio. Et dans ce sport où on se bat avec le corps mais aussi avec les mots, les deux poids mi-moyens ont du répondant.

Une fois face à face, dans l'arène déserte - pandémie oblige - d'Abou Dhabi, l'affrontement a toutefois vite tourné en faveur du tenant du titre. Les pronostics ne s'étaient pas trompés : Usman, plus jeune (33 ans), plus grand (1,83m contre 1,80m) et surtout mieux préparé, a déroulé une stratégie efficace face à Masvidal.

Si le challenger, désigné Combattant UFC de l'année 2019, est réputé pour ses qualités de puncheur, qui lui ont notamment permis de signer le KO le plus rapide de l'histoire de l'UFC – cinq secondes ! – contre Ben Askren il y a un an (coup de genou au visage), le champion est lui plutôt spécialiste de la lutte. Et après son entrée dans l'octogone avec le drapeau du Nigeria sur le dos, Kamaru Usman a montré pourquoi il était confiant.

Kamaru Usman assoit sa domination chez les poids mi-moyens

Jorge Masvidal n'a presque jamais pu déployer sa technique, bloqué qu'il était par la pression constante de son adversaire. Maintenu contre le grillage par un Usman qui le travaillait sans cesse au corps, l'Américain est resté de longues minutes en position défensive. La fatigue s'invitant au fur et à mesure, le combat a inexorablement basculé en faveur du champion, appliqué dans sa stratégie. Ce n'est pas très spectaculaire, mais c'est terrible efficace, et c'est bien là l'unique but.

Une fois les cinq rounds de cinq minutes chacun terminés, les deux combattants se sont salués respectueusement, avant que le comptage des arbitres vienne confirmer la victoire de celui qui est surnommé le « Cauchemar nigérian ». A l'issue de cette réunion de MMA dans la « Fight Island » - une île isolée pour éviter les risques liés au coronavirus - que voulait le président de l'UFC Dana White, Kamaru Usman repart avec sa ceinture, comme en décembre dernier face à un autre Américain, Colby Covington.

Et le message envoyé est clair : il sera difficile d'arracher son titre à ce lutteur en pleine possession de ses moyens. Conor McGregor, qui disait vouloir défier le Nigérian avant de prendre récemment une énième retraite, est prévenu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.