Accéder au contenu principal

Boxe: le combat mythique Ali-Foreman en BD-Photo

Couverture de l'ouvrage «Mohamed Ali, Kinshasa 1974».
Couverture de l'ouvrage «Mohamed Ali, Kinshasa 1974». Edition Aire Libre
4 mn

Les clichés sur le vif du photographe Abbas de l'agence Magnum se mêlent aux dessins de Rafael Ortiz, le tout scénarisé par Jean-David Morvan dans un album qui raconte le duel de légende entre Mohamed Ali et George Foreman à Kinshasa en 1974.

Publicité

C’est l’histoire d’un combat de boxe qui a marqué le XXe siècle et qui a été raconté à plusieurs reprises à travers des livres ou des documentaires, comme When We Were King de Leon Gast qui reste une référence, ou encore The Greatest de William Klein.

Cette fois, la confrontation entre Mohamed Ali et George Foreman, dans un lieu symbolique, Kinshasa, la capitale de la RDC (à l'époque Zaïre) en octobre 1974, est raconté avec les photographies d’Abbas (1944-2018), rare reporter d’images de l’époque à avoir été accrédité. Le reportage photographique se mêle aux dessins de Rafael Ortiz, le tout scénarisé par Jean-David Morvan.

Expliquer la photographie à travers la BD

« Le concept de la photo et de la BD fonctionne bien. À travers la BD, on peut expliquer comment se fabrique une image. Les photographies d’Abbas permettent des formes nouvelles de narration et des mises en page différentes », explique Jean-David Morvan à RFI. Cette fois, c’est l’œil aiguisé d’Abbas qui permet une autre lecture.

« Il y a une force intéressante à mélanger une image fixe avec des images animées. Et Abbas aimait bien le projet et l’a appuyé dès le départ. Je trouvais que le témoignage d’Abbas était très fort. J’aime la boxe, mais ce n’est pas une passion. Je voulais surtout raconter une époque et l’état du monde de l'époque », commente Jean-David Morvan. Il ajoute : « J’aime aussi l’idée de montrer comment la photographie est utile à la société. Il y a pour moi une émotion qui se dégage de l’image fixe, c’est très puissant. J’aime le choc des photos. À travers mes livres, je veux expliquer comment fonctionne ce métier difficile de photographe. »

Une plongée dans l’atmosphère du Zaïre de Mobutu

Abbas, né en Iran et qui a vécu en Algérie, héros de l'ouvrage, a couvert les plus grands évènements du XXe siècle comme la guerre du Vietnam ou encore la révolution iranienne. Mohamed Ali, Kinshasa 1974 est le quatrième tome d'une collection lancée par Magnum Photos et Aire libre. Dans celle-ci, il y a notamment NY 11 septembre 2001, avec les images de l'Américain Steve McCurry.

Ce roman graphique replonge donc le lecteur dans l’atmosphère du Zaïre de Mobutu. En 1974, George Foreman, 24 ans, est un cogneur. Il veut continuer à en découdre. Au cœur de la nuit, Mohamed Ali reprend finalement son titre mondial des poids-lourds à son jeune compatriote, devant près de 100 000 spectateurs acquis à sa cause, au bord du fleuve Congo.

À l'époque, Cassius Clay, alias Mohamed Ali, a 32 ans et n’est plus ce qu’il était. Mais face à la montagne de muscles Foreman, Ali va « danser sur le ring » grâce à son art pugilistique incomparable. George Foreman, détenteur des ceintures WBA et WBC de champion du monde depuis un an et demi et sa victoire contre Joe Frazier, s’incline à la 8e reprise d'un combat tactique. Mohamed Ali utilise la stratégie qui a consisté à fatiguer son adversaire pendant sept rounds pour le mettre KO au huitième.

« Je n’avais jamais reçu autant d’encouragements »

« J’adorais les Zaïrois et ils me le rendaient bien. Je n’avais jamais reçu autant d’encouragements et de témoignages d’affection. Les gens faisaient la queue dans les rues pour me voir, et j’aimais me mêler à eux, les entendre me raconter leur vie. Je passais beaucoup de temps avec eux parce que nous nous respections. Et je sais que cela a mis Foreman hors de lui de constater que j’étais le champion du peuple à l’autre bout du monde », racontait Mohamed Ali dans son autobiographie L’Âme du papillon (éditions Presses du Châtelet). « Ali, bomaye ! » (« Ali, tue-le ! » en lingala), scandaient les fans à chaque apparition de Mohamed Ali.

Ce passionnant roman graphique, véritable croisement entre le documentaire, le photoreportage et la BD, revient sur ce combat mythique qui fascine encore et toujours depuis 46 années. Et il permet par la même occasion de rendre un hommage appuyé à Abbas, une référence du photojournalisme.

Mohamed Ali, Kinshasa 1974, Aire Libre, 24,95 €

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.