Accéder au contenu principal

Sports: ces Africaines qui ont marqué les 20 dernières années

L'Éthiopienne Tirunesh Dibaba.
L'Éthiopienne Tirunesh Dibaba. AFP
3 mn

Ce 31 juillet 2020, c’est la journée internationale des femmes africaines. À cette occasion, rfi.fr revient sur ces sportives qui ont marqué les 20 dernières années par leurs performances exceptionnelles.

Publicité

KIRSTY COVENTRY (ZIMBABWE / NATATION)

L’actuelle ministre de la Jeunesse, des sports, des arts et des loisirs de son pays est la plus grande nageuse africaine de tous les temps et l’une des meilleures spécialistes de la nage dos de l’histoire. L’ex-athlète de 36 ans a ainsi glané une quarantaine de médaille, dont deux en or aux JO (2004 et 2008), trois aux Mondiaux en grand bassin et quatre aux Mondiaux en petit bassin.

NATALIE DU TOIT (AFRIQUE DU SUD / NATATION)

Avec ses 15 médailles dont 13 en or, la Sud-Africaine aujourd’hui âgée de 36 ans est l’Africaine – tous sports confondus – la plus titrée de l’histoire des Jeux paralympiques. Capable de s’imposer dans toutes les disciplines (nage libre, papillon, dos, etc.), la native du Cap était tellement forte qu’elle a également disputé des Jeux olympiques 2008. Elle a d’ailleurs été porte-drapeau de l’Afrique du Sud, à Pékin.

TIRUNESH DIBABA (ÉTHIOPIE / ATHLÉTISME)

Un condensé de classe et de talent. La plus renommée des sœurs Dibaba a régné sur les courses de fond du milieu des années 2000 au milieu des années 2010. Avec, en point d’orgue, des JO 2008 durant lesquels l’Éthiopienne a réalisé le doublé 5.000-10.000 mètres. Elle détient toujours le record du monde du 5.000 mètres (14 minutes, 11 secondes et 15 centièmes), établi en 2008.

NOUR EL SHERBINI (ÉGYPTE / SQUASH)

Elle n’a que 24 ans, mais l’Alexandrine a déjà gagné sept titres mondiaux : quatre en individuels et trois par équipes. L’actuel numéro 2 au classement mondial (derrière sa compatriote Nouran Gohar) perpétue la tradition de domination égyptienne en squash. Elle est bien partie pour devenir l’une des meilleures de l’histoire de son sport.

FRANÇOISE MBANGO (CAMEROUN / ATHLÉTISME)

Concernant la Camerounaise, il serait plus judicieux de parler de Phénix que de Lionne Indomptable. Lorsque sa carrière semblait parfois au point mort, la triple sauteuse était capable de renaître de ses cendres, comme lorsqu’elle a pris son envol à Pékin pour conserver son titre olympique. Son talent naturel lui aura permis de décrocher une quinzaine de médailles durant des événements majeurs.

MARIA MUTOLA (MOZAMBIQUE / ATHLÉTISME)

Elle reste la seule athlète à avoir décroché des médailles olympiques pour le Mozambique : une en or en 2000 et une en bronze en 1996. Au sujet de cette spécialiste du 800 mètres, il est d’ailleurs plus pertinent de dire qu’elle a marqué les trente dernières années de son sport. La Mozambicaine a en effet décroché son premier titre de championne d’Afrique en 1990 et son premier sacre mondial en 1993. Maria Mutola a su rester au top jusqu’en 2008.

CASTER SEMENYA (AFRIQUE DU SUD / ATHLÉTISME)

Comme Maria Mutola, la Sud-Africaine est un phénomène du 800 mètres. Et comme la Mozambicaine, elle est une athlète hyperandrogène. Phénomène de talent et de puissance, Caster Semenya déchaîne les passions. Son palmarès, avec deux titres olympiques et trois titres mondiaux, illustre sa domination sur le demi-tour de piste, depuis 2009. Elle est actuellement en conflit avec la fédération internationale d’athlétisme qui lui interdit de disputer certaines épreuves. Sauf si elle accepte de faire baisser son taux de testostérone naturellement élevé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.