Accéder au contenu principal

US Open 2020: la drôle de bulle de Flushing Meadows

Benoît Paire a été éliminé lors du premier tour du tournoi BNP Paribas Masters à l'AccorHotel Arena à Paris.
Benoît Paire a été éliminé lors du premier tour du tournoi BNP Paribas Masters à l'AccorHotel Arena à Paris. REUTERS/Kim Kyung-Hoon
5 mn

Testé positif au coronavirus dimanche, Benoît Paire a été exclu de l’US Open. Le Français se montre à présent très critique de la bulle sanitaire établie pour préserver le tournoi. Des reproches également formulés par d’autres participants à cette édition 2020.

Publicité

« FAKE BUBBLE ». Pour sa première réaction après son expulsion de l’US Open, Benoît Paire ne fait pas dans la demie-mesure. Selon le joueur, 23e mondial, l’environnement sanitaire mis en place pour préserver la santé des athlètes prenant part à l’édition 2020 de l’US Open n’est pas aussi idéal que ce qu’aiment à raconter les organisateurs.

Une « Fake bubble »?

« Je vais bien pour l'instant je n'ai pas de symptôme... J'hésite à raconter ce qu'il se passe réellement dans cette FAKE BUBBLE ». Ce sont les mots très crus qu’a donc posté le Français en stories sur son compte Instagram dans la soirée de lundi. Taquin, Benoît Paire a mis en arrière plan de sa story différentes traductions de « safe environment » (environnement sûr).

La fédération américaine de tennis (USTA), qui organise le tournoi, n’a pas tardé à répliquer. Pour elle, « il a été clairement indiqué que le joueur ayant contracté le virus ne respectait pas les protocoles de santé approuvés par l'Etat de New York ».

Cette « bulle sanitaire » de la discorde a été mise en place par l’USTA donc, sur le modèle de ce qui a été fait pour la reprise de la NBA et de la MLS où les joueurs avaient retrouvé la compétition au DisneyWorld d’Orlando dans ce qui était la première bulle sportive.

Une bulle sanitaire implique un espace délimité où un groupe de sportifs, testé négatif au coronavirus au préalable, accepte de se cloisonner pour ne pas laisser pénétrer le virus dans la bulle. Les équipes y vivent, s’y entraînent et y jouent.  
Si l’expérience a été probante en Floride, avec aucun cas détecté dans la bulle au bout de quatre semaines et de dizaines de matchs joués, le résultat semble être bien convaincant en ce qui concerne le tournoi du Grand Chelem...

La bulle dans la bulle… une solution suffisante ?

Testé positif au Covid-19 dimanche, Benoît Paire a été exclu du tournoi après avoir été en contact avec plusieurs joueurs. Si il est difficile pour le moment de donner un nombre exact, on sait que cinq Français sont concernés : Mladenovic, Barrère, Gasquet, Roger-Vasselin et Mannarino. Certains d’entre eux se sont déjà exprimé sur le sujet, à l’image de Mannarino, qui expliquait lundi que certaines personnes travaillant sur les lieux du tournoi rentraient le soir à la maison. Pour le joueur, le système mis en place par l’USTA relève davantage d’un environnement sécurisé que d’une véritable bulle.

En ce qui concerne les sportifs ayant été en contact avec Benoît Paire, ils sont donc placés à l'isolement au sein de cette fameuse bulle. Ils ont interdiction de circuler dans leur hôtel et peuvent sortir uniquement pour la compétition. Un confinement dans le confinement donc.

« On sait déjà que ce n'est pas une super bulle ! »

Une situation plutôt ubuesque, qui a notamment été dénoncée par le joueur américain Noah Rubin. Le 228e mondial s’interroge sur la pertinence de laisser disputer le tournoi à des athlètes qui ont été en contact avec Benoît Paire. Il s’en inquiète dans un podcast publié sur son site internet Behind the Racquet. Et le tennisman y est plutôt transparent : « Tout ce travail, toutes ces conneries que vous nous avez envoyées pour dire que c'est une vraie bulle. On sait déjà que ce n'est pas une super bulle ! » Selon lui aussi donc, dans la bulle « tout le monde fait ce qu'il veut et interagit avec qui il veut. »

Si ce que les tennismen dénoncent est vrai, il n'est donc pas exclu que d'autres cas se déclarent... et si cela arrive, difficile d'imaginer un dénouement heureux pour cette édition 2020 de l’US Open.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.