Accéder au contenu principal

US Open: la Japonaise Naomi Osaka remporte son troisième titre du Grand Chelem

Naomi Osaka embrasse le trophée après avoir remporté son dernier match contre Victoria Azarenka lors de l'US Open 2020, le 12 septembre 2020.
Naomi Osaka embrasse le trophée après avoir remporté son dernier match contre Victoria Azarenka lors de l'US Open 2020, le 12 septembre 2020. MATTHEW STOCKMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Elle est de retour sur la scène sportive après avoir occupé l'espace médiatique pour des questions plus sociales. La Japonaise Naomi Osaka s'est illustrée en finale de l'US Open aux dépens de Victoria Azarenka 1-6, 6-3, 6-3. Une victoire qui vient couronner un été riche pour la joueuse de 22 ans.

Publicité

Après Flushing Meadows en 2018 et l’Open d’Australie en 2019, Naomi Osaka a remporté samedi 12 septembre son troisième titre du Grand Chelem dans la bulle de l'US Open. Cela n’a pas été un match facile pour la joueuse japonaise qui va retrouver lundi 14 septembre le troisième rang au classement WTA (Women's Tennis Association).

Elle a dû remonter un set de retard pour l'emporter sur sa rivale biélorusse. Azarenka et Osaka auraient déjà dû s’affronter en finale de Cincinnati, juste avant le début de l'US Open. Mais Naomi Osaka a déclaré forfait à cause d'une blessure à la cuisse gauche.

Championne et activiste

Au tournoi de Cincinnati, Naomi Osaka avait déjà fait parler d'elle en dehors des courts. L'athlète d'origine haïtienne, véritable star sur l'île de son père, avait décidé de ne pas jouer sa demi-finale. Elle protestait contre les tirs de la police sur l'Afro-Américain Jacob Blake.

Les organisateurs avaient été contraints d'annuler toute une journée du tournoi. Cet engagement dans le mouvement Black Lives Matter, elle l'a porté également à l'US Open… jusque sur son visage. Elle avait préparé sept masques noirs, un par match jusqu'à la finale, chacun portant le nom d'une victime des violences policières aux États-Unis.

Sa double casquette de championne et activiste ne verra peut-être pas les courts de Roland Garros cette année. Gênée à la cuisse, Naomi Osaka va prendre du temps pour réfléchir.

► À lire aussi : US Open: Osaka a retrouvé la rage de vaincre et le goût des titres

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.